Kissidougou : les communautés de la commune rurale de Bardou s’engagent à abandonner les MGF

Dans le cadre de l’accélération de l’abandon des pratiques des mutilations génitales féminines/Excision et le mariage d’enfants, le Ministère de la promotion féminine,  de l’enfance et des personnes vulnérables multiplie ses efforts en faveur des femmes et des enfants grâce à l’appui technique et financier de l’UNICEF.

Pour cette année 2022, trois communes de convergence ont exprimé leur volonté de rompre avec ces deux pratiques. A Bardou dans la préfecture de Kissidougou, les communautés des huit villages de cette commune de convergence ont fait une déclaration officielle d’abandon de couteaux MGF, de mariage d’enfants et autres formes de violence baissée sur le genre.

Prenant la parole, Madame l’inspectrice régionale de promotion féminine et de l’enfance et des personnes vulnérables de Faranah Fanta Kaba  a parlé  de ce programme en cours d’exécution : « Depuis 2018, la communauté de Bardou nous a  accueilli avec cœur ouvert. C’est ce qui a fait progresser le projet de coopération Guinée-UNICEF 2018-2022 dans le cadre de la protection de l’enfance en lien avec le programme national dd développement économique et social 2016 -2020 et 2020-2025. C’est un programme qui consiste à matérialiser l’existence des femmes et des enfants à travers l’amélioration des conditions de vie. Ce programme a déclenché plusieurs processus en faveur du changement de comportements notamment la mise en place, de l’extension et l’opérationnalisation des structures du Système de Protection de l’ Enfant en Guinée, la mise en place des services essentiellement composés des leaders communautaires, des femmes mentors, les hommes modèles, les présidents de la jeunesse et le club des jeunes filles leaders . Ce sont  des mécanismes qui nous ont permis à aller vers l’habilitation communautaire. C’est une satisfaction de notre part en tant que service chargé d’exécuter la politique nationale de la protection sociale au niveau déconcentré et décentralisé. »

Au nom de ses citoyens, le maire de la commune rurale de Bardou, Ansoumane Condé nous a confié : « on le sait bien que ces pratiques là sont les pratiques qui sont sources des maladies des enfants, des mariages précoces. Ce n’est pas une bonne chose. Cette commune de convergence de Bardou s’est impliquée activement grâce à l’appui de l’UNICEF et nos autorités qui nous montré le bon chemin. »

Pour sa part, Hawa Kourouma, femme memtor a, au nom des femmes de cette localité, engagée â  bannir l’excision et le mariage d’enfants : « Nous remercions le gouvernement guinéen et son partenaire UNICEF qui ne cessent d’œuvrer pour la cause des femmes et des enfants. Après avoir tiré des leçons sur les méfaits nocifs de mutilation géniale féminine, l’excision et le mariage d’enfants, nous nous engageons à lutter contre ces pratiques qui nuisent la santé  des enfants et des femmes. Nous ferons tout pour traduire au tribunal toute personne qui tenterait de braver ces interdits. »

S’exprimant au nom des autorités administratives de la préfecture Kissidougou, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées par intérim, représentant du préfet, Emmanuel Sidibé, a réitéré la volonté des autorités pour la prévention et répression des acteurs qui favorisent l’excision et le mariage d’enfant préjudiciable à la santé de la jeune fille. Depuis l’avènement du CNRD au pouvoir le 05 septembre 2021, Colonel Mamady Doumbouya et son gouvernement multiplient les efforts pour mettre fin aux violences basées sur le genre (excision, mariage d’enfant, le viol …) en faveur des enfants notamment les filles. 

Lanciné Keita depuis Faranah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.