Koundara: la maison des jeunes attend sa rénovation depuis 12 ans

Print Friendly, PDF & Email

La jeunesse de la préfecture de Koundara, dans la région de Boké, tire actuellement le diable par la queue, à cause du manque d’infrastructures de rencontre pour des prises de décision pour leur autonomisation, et des loisirs.
D’après notre constat, hormis le manque d’un stade préfectoral digne de nom, l’unique maison des jeunes construite depuis le temps colonial, est dans un état de dégradation très avancé.

Selon le premier directeur de ce lieu, depuis sa construction, seule la charpente a été rénovée une seule fois. Mais avant, le directeur préfectoral de la Jeunesse de Koundara est revenu sur les difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés.
« Franchement, nous souffrons de beaucoup de maux, dont entre autres : la vétusté de la maison des jeunes, du centre culturel, l’absence d’un stade digne de ce nom. Ce qu’il faut reconnaître, Koundara est une zone stratégique, très poreuse. Si on a des symboles de l’Etat ici dignes de nom, franchement on peut aller de l’avant », a indiqué Mamadou Doumbouya.

Parlant spécifiquement de la maison des jeunes, le directeur de cette structure, tout en se lamentant, laisse entendre que depuis 4 ans, aucune activité de jeunesse n’a été organisée sur les lieux.
« La maison des jeunes de Koundara, c’est le bâtiment de la Révolution. Elle n’a été rénové qu’une seule fois depuis qu’elle a été construite, et c’est en 2000. Ils sont venus changer les tôles, c’est-à-dire la charpente, mais le reste n’a pas été touché, même une couche de peinture. Vous avez constaté, c’est un bâtiment de la Révolution. Aujourd’hui, nous avons peur que cette charpente ne tombe. Le plafond est en train de tomber petit à petit, puisque la toiture est trouée, l’eau rentre quand il pleut. Lors de la fête tournante, aucune préfecture de la région de Boké, n’a bénéficié de quelque chose, ils se sont limités à Boké ville. Actuellement, on a des difficultés, puisque avant, les jeunes venaient ici pour faire des spectacles, mais actuellement ils ont boudé complètement la maison des jeunes, à cause de son état. Depuis 2018, aucune activité de jeunesse n’a été organisé ici. On n’a aucun budget de fonctionnement pour rénover les lieux, c’était avec les petites locations qu’on se servait pour faire des petites retouches. », affirme Abdourahime Barry.

Plus grave, la maison des jeunes de Koundara, au-delà de sa vétusté, n’est pas équipée, nous confie son directeur.
« La fois dernière, c’est une ONG, qui nous a donné 100 chaises en plastique, la chaîne musicale qui était là, est en panne depuis 5 mois », précise Abdourahime Barry.

En 1993, un projet d’une arène de lutte a été lancé dans la ville mais jusqu’à présent, elle n’a pas été achevée, nous confie Abdourahime Barry, directeur de la maison des jeunes.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé
620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.