Koundara : un chasseur interpellé par la police pour avoir tiré sur une génisse en état de gestation dans un parc à bétail

Print Friendly, PDF & Email

Un chasseur a été interpellé par la police du Commissariat urbain de la sous-préfecture de Youkounkoun dans la préfecture de Koundara, pour avoir tiré sur une génisse en état de gestion dans un parc à bétail, non loin du village d’Idyr, district de Ourack, rapporte l’AGP.

L’acte s’est passé dans la nuit du dimanche, 28 à lundi, 29 août 2016 dernier. L’auteur, Falé Camara, 45 ans, est cultivateur résidant à Idyr.

Son complice actif au moment des faits, Thiampou, en cavale, est actuellement recherché par la police de Koundara. Le présumé coupable Falé Camara est dans les locaux de la maison d’arrêt et de correction de Koundara, où il attend d’être jugé.

Célibataire domicilié au village d’Idyr au sud-est de Youkounkoun, chef-lieu de la sous-préfecture, l’accusé s’est fait passer pour un chasseur et est tombé dans les filets de la police après une preuve de recherche active. Son arrestation a permis de révéler que Falé Camara n’est pas à sa première opération.

«C’est quelqu’un qui tire souvent sur des animaux domestiques pendant ses randonnées de chasse dans l’espoir de ne pas rentrer bredouille au village sans le moindre gibier», a-t-on indiqué.

La génisse en état de gestation, abattue cette fois-ci par l’homme, appartenait à Amadou Diallo, éleveur-nomade domicilié à Kandaida dans la Commune Urbaine (CU) de Koundara.

Après sa sale besogne, Falé le chasseur a été appréhendé dans sa tentative d’évasion à Oubadji, village riverain du parc transfrontalier de Niokolo – Badiar (République du Sénégal).

Conduit au Commissariat urbain de Youkounkou par le groupe du jeune Aladji Oury Païkoun, l’accusé a reconnu sans contraintes les faits avant d’être transféré au commissariat central de police de Koundara pour être soumis à des séances interrogatoires intenses par les hommes du commissaire central, Mohamed Lamine 2 Sylla.

Une affaire d’abattage clandestin des animaux domestiques vient ainsi secouer le cercle des éleveurs de bétails de la préfecture de Koundara. Et les séries d’enlèvements de bétails au préjudice de leurs propriétaires, semblent devenir monnaie courante dans cette localité.

La recrudescence des dommages causés aux animaux domestiques par une bande d’individus non identifiés, opérant clandestinement au sein des parcs à bétail, a toujours été pointée du doigt par l’ensemble des éleveurs de Koundara.

Les villages riverains du parc transfrontalier Niokolo-Badiar semblent également ne pas échapper à cette transaction perfide, développée et entretenue par les hors-la loi, toujours activement recherchés par les agents des Service de sécurité, partageant les mêmes limites territoriales.

AGP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.