Kourémalen-Guinée : des centaines de passagers arrêtés et laissés pour compte à la frontière

Print Friendly, PDF & Email

Ils sont des centaines de voyageurs en partance pour la République du Mali qui ont été appréhendés par la sécurité frontalière à Kourémalen (territoire guinéen) à la frontière entre la Guinée et le Mali. C’est une prise de la gendarmerie postée à ce lieu stratégique.

Le commun des Guinéens est en passe de dire que malgré la décision de fermeture des frontières par le Président de la République Pr Alpha Condé, celle guinéo-malienne fait exception. Elle est devenue une passoire. Ce vendredi 08 mai 2020, le commandant de la gendarmerie frontalière basée à Kourémalen Commandant Aboubacar Sidiki Diané explique rencontre par Mediaguinee, explique : « Exactement nous avons arrêté des véhicules à la frontière en partance du Mali. Rapidement j’ai arrêté ces véhicules en me référant à ma hiérarchie. La gendarmerie et la police étaient sur le terrain. Sans plus tarder, nous les avons conduits à la gendarmerie territoriale de Siguiri. Mais ils sont des centaines de passagers, seulement un seul Togolais sinon ils sont tous des Guinéens. Mais sans se cacher, la frontière malienne n’est pas fermée, seule pour la Guinée qui est fermée. Cela nous cause énormément de problème. Donc les passagers là sont venus éparpillés sans conditions sanitaires. Je les ai mis à la disposition de la gendarmerie. »

D’après notre source, ces personnes interpellées à la frontière ont été en fin abandonnées après une rencontre à huis-clos. « Nous préférons les abandonner, car on ne peut pas les mettre en prison, ou les garder. Donc de préférence, il faut les abandonner. Après notre entretien avec eux, on va les laisser » a précisé le commandant adjoint de la gendarmerie territoriale de Siguiri nommé Chérif.

Les passagers à leur tour ont clamé leur innocence dans leur interpellation. « Tous les jours, nous sommes sur la route de Bamako. Nous sommes des commerçants entre la Guinée et le Mali. Mais si nous sommes arrêtés, c’est une question qu’on se pose. Et chaque jour on paie les taxes » a tenté de justifier Kabinet Sacko passager.

Il convient de préciser que la frontière guinéo-malienne est devenue une véritable problématique car elle est l’une des zones en Guinée à craindre surtout en cette période du COVID-19 car elle peut être une poche d’entrée ou de propagation de la pandémie.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.