Kouyaté jette le blâme sur Cellou : ‘’il a donné un quitus au 3è mandat d’Alpha Condé’’

Print Friendly, PDF & Email

Alors que le contentieux électoral né de la présidentielle du 18 octobre dernier n’est pas vidé, le leader du Pedn Lansana Kouyaté, depuis Paris, a jeté le blâme sur Cellou Dalein Diallo de l’UFDG.

Pour l’ancien Premier ministre guinéen qui s’est exprimé dans une vidéo qui agite la toile, la participation de Cellou Dalein à cette présidentielle n’a fait que donner ‘’un quitus au troisième mandat du président Alpha Condé’’.

« Participation de Cellou Dalein à cette élection ? Sauf qu’il a donné un quitus au troisième mandat du président Alpha Condé. Quand il dit qu’un troisième mandat est illégal et illégitime, alors qu’il n’accepte pas d’être compétiteur avec celui qui le détient. C’est ce qui crée des menaces entre nous et l’Ufdg. On était dans le FNDC mais, il n’est pas le premier à avoir quitté et annoncé sa candidature, il y a deux qui ont quitté avant lui. Et lui et nous, on a dit qu’il faut que ces ceux-là ne participent plus à nos visioconférences pour tracer nos stratégies menant à notre combat contre un troisième mandat. Et pourquoi il le fait alors ? », interroge M. Kouyaté, rejetant l’argumentaire des soutiens de Cellou qui croient que sa candidature peut créer un déclic.

« Tous ceux qui disent ça ont peut-être raison de dire ce qu’ils pensent. Mais, est-ce que partout où le peuple s’est levé on a eu besoin de ce déclic ? Prenez le cas du Burkina Faso, de la Tunisie, du Soudan. Ils n’ont pas attendu une élection pour aller combattre quelqu’un qui n’avait pas raison d’aller à cette élection. C’est encore trop. (…) », déplore-t-il.

Sur sa non-participation à ce scrutin qui a opposé Alpha Condé à 11 candidats dont Cellou Dalein, Lansana Kouyaté de confier : ‘’parce qu’on ne peut pas dire quelque chose et son contraire. On a dit les partis qui appartenaient au comité de pilotage du Front national pour la Défense de la Constitution (FNDC), tous ensemble, nous avons déclaré qu’on ne reconnaît pas la constitution. Nous avons tous déclaré que nous ne reconnaissons pas l’assemblée générale qui en est issue. Nous avons tous déclaré qu’on n’ira pas donc à l’élection présidentielle. Alors, ceux qui sont partis sont libres, parce que c’est le choix de leurs partis. Au sein du FNDC, chaque parti a son autonomie mais, nous disons que c’est quelque chose et son contraire. Et, nous n’allons pas faire des va-et-vient entre notre position originelle et celle d’aujourd’hui.  Nous préférons maintenir notre trajectoire qui est dédiée à la libération démocratique de la Guinée après laquelle on court depuis près de 60 ans maintenant ». 

Mohamed Cissé

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.