La 1ère édition du TEDx Dixinn pour inspirer la jeunesse guinéenne s’est tenue, à Conakry

Print Friendly, PDF & Email

La première édition de TEDx Dixinn s’est tenue ce mardi, 8 juin 2021 à Kaloum. Organisée par le Salon des Entrepreneurs de Guinée, cette première édition de TEDx Dixinn s’est donné pour thème « Des idées innovantes et des parcours inspirants pour changer le monde ».

L’objectif de l’événement est de donner aux étudiants et professionnels l’opportunité de partager des idées et des expériences avec un public guinéen.

Inspirés du format TED (une fondation américaine qui depuis 30 ans rassemble des esprits brillants dans leur domaine pour partager leurs idées avec le monde autour des thèmes comme l’entrepreneuriat, l’innovation, le design…), les événements TEDx consistent en une série de courts exposés, démonstrations et performances soigneusement préparés sur un large éventail de sujets.

Selon Salématou Sako, 2ème vice-présidente du SADEN, comité d’organisation de l’évènement, l’idée est d’apporter une activité de plus en Guinée qui puisse inspirer la jeunesse et qui puisse inspirer les jeunes entrepreneurs guinéens.

« Il faut dire déjà que le TEDx, Technology Entertainment Design, comme par le monde, c’est un évènement qui se tient à Abidjan, à Rio, à New-York, à Paris depuis quand-même les deux dernières années. Le Salon des Entrepreneurs au niveau du comité d’organisation, nous essayons d’obtenir la licence, ce qui a finalement été fait en 2021. Et l’idée, c’est d’apporter une activité de plus en Guinée qui puisse inspirer la jeunesse, qui puisse inspirer les jeunes entrepreneurs guinéens. Alors, le concept du TEDx, c’est que nous avons des personnes connues ou pas connues ou moins connues ou inconnues complètement qui viennent et qui partagent leur parcours ou quelque chose de particulier qui a pu se passer de marquant dans leur vie et l’idée d’inspirer, d’encourager et de motiver. Donc c’est vraiment cela l’idée du TEDx que nous avons tenu aujourd’hui en prélude du SADEN qui aura lieu les 9 et 10 juin », a-t-elle expliqué.

Six (6) intervenants tous des guinéens, ont exposé sur différents thèmes devant le public. L’idée était de leur faire partager leur expérience de vie avec la jeunesse et les entrepreneurs. Entrepreneur et récipiendaire du prix Canada 150, un prix prestigieux décerné à des leaders communautaires sélectionnés par les membres du Parlement, Sékou Kaba a parlé de la façon dont il a transformé toute l’énergie négative de sa vie en quelque chose de plus grand et percutant en empruntant le chemin difficile du succès.

« Le message que moi je partage, c’est de se donner à fond. Peu importe notre localisation géographique, il faut travailler fort partout en Guinée comme au Canada où j’étais. On parle souvent de la galère au pays, pour ceux qui n’ont pas eu la chance comme nous de voyager, la galère de l’autre côté. C’est vraiment plus dur que la galère au pays. Parce qu’ici quand même, il y a la famille, tu peux manger. De l’autre côté, tu n’es pas du tout chez toi », a-t-il dit.

Âgé de 22 ans, Emmanuel Tamba Millimono avec son thème « âge pour réussir a estimé que la problématique réussite ne devrait être une question d’âge. Pour lui, le plus important est que l’on se sente bien dans ce que l’on fait.

« Un âge pour réussir, il faut d’abord avouer le thème est venu de mes constatations de société.  Parce que souvent, on a tendance d’agresser les gens à cause de leur âge. Quand quelqu’un n’a pas réussi à se marier à  22 ans, on pense que la fille n’en veut pas la peine, on dit tu as tel âge, t’es trop vieux pour ça ou t’es trop jeune pour ça. Je me suis dit qu’il fallait briser les barrières là, il fallait montrer qu’il n’y a pas d’âge pour faire quoi que ce soit. Le plus important qu’on se sente bien dans ce que l’on fait et qu’on garde notre personnalité. Le problème avec les jeunes, c’est qu’on veut sitôt semer et récolter en même temps. Pourtant quand on sème, il faut donner le temps d’arroser, le temps que la plante puisse croître et après récolter. Donc, ça ne vient pas du tic au tac. Quant tu veux entreprendre, on fait des sacrifices. On apprend à investir, à investir sur soi et à vrai dire, ça ne va pas marcher toujours au premier coup. Il y aura des échecs, mais le plus important, c’est de savoir rebondir de ses échecs. Même quand on cultive aujourd’hui, la plante ne se met pas comme on le souhaite, elle besoin du soleil, elle a besoin d’engrais et bien d’autres choses.  Donc, c’est dire à tous ces jeunes s’ils croient en leur rêve ils veulent les mettre sur pied il n’y a pas de soucis qu’ils le fassent. Ce ne sont pas que seulement les jeunes même si vous êtes trop âgés vous pouvez le faire. Parce que pour moi nous n’est pas trop jeune pour construire un empire et pas trop vieux pour poursuivre ses rêves », a-t-il déclaré.

Associée fondatrice de SD Avocats, Salimatou Diallo est admise aux barreaux de Conakry (2013), Paris (2007) et New York (2005). Elle a la double nationalité franco-guinéenne et sa pratique est centrée sur le développement de projets, le financement, les fusions-acquisitions, le droit des sociétés et le droit commercial général et d’autres matières. Principalement dans les secteurs de l’énergie, des infrastructures et des mines en Afrique francophone. Selon elle, il ne peut y avoir d’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée d’une femme.

« Il n’y a pas vraiment d’équilibre. Il faut déconstruire ce mythe parce que chaque femme doit trouver son propre mode de fonctionnement, son propre modus operandi en fonction de ses propres choix. C’est selon la manière dont on se conçoit, dont on conçoit notre vie, dont on conçoit nos valeurs, notre façon de travailler, notre façon de vivre, notre façon de s’occuper de nos enfants qu’on détermine nous-mêmes notre propre modèle. Chacun fait son propre modèle en fonction de ses propres contraintes. Ce qu’il faut garder en tête c’est que le travail paie toujours, et qu’il faut prendre des risques pour pouvoir réussir. Il faut croire en ses projets, croire en ses rêves », a-t-elle affirmé.

Rappelons que seuls 100 spectateurs ont eu la possibilité d’être présents dans la salle de l’hôtel pour l’évènement. Et afin d’en faire profiter le plus grand nombre de personnes, des lieux-relais ont accueilli en direct et gratuitement la retransmission de la journée.

Maciré Camara

+224 628 112 098

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.