La Cédéao condamne la Guinée pour la répression meurtrière d’une manifestation

Print Friendly, PDF & Email


La Cour de justice de la Cédéao a déclaré les autorités guinéennes coupables d’homicides et d’actes de torture lors de la répression d’une manifestation qui avait fait six morts en 2012.

La Cour de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a “constaté la violation des droits de l’Homme par la République de Guinée lors de l’attaque du village de Zogota” (sud-est) et demandé “réparation du préjudice subi par les victimes”.

L’arrêt déclare la Guinée coupable notamment “d’atteinte au droit à la vie”, de “torture, de traitements inhumains, cruels ou dégradants”, et “d’arrestation arbitraires”.

L’Etat guinéen dispose d’un délai de six mois pour payer aux ayants droit des six personnes tuées 5 milliards de francs guinéens (430.000 euros) chacun, ainsi que 3 milliards (260.000 euros) à 15 autres victimes de cette répression, qui avaient porté plainte auprès de cette Cour pour traitements inhumains et détention arbitraire.

Dans la nuit du 3 au 4 août 2012, les forces de sécurité guinéennes avaient tiré sur des villageois qui protestaient depuis plusieurs jours contre la politique de recrutement du groupe minier brésilien Vale-BSGR, l’accusant de privilégier les membres de groupes ethniques extérieurs à cette zone de Guinée forestière.

Les plaignants avaient également accusé la compagnie minière de complicité, notamment d’assassinat, affirmant qu’elle a fourni des véhicules et du carburant aux forces de sécurité. Le groupe avait assuré en 2018 “n’avoir jamais entrepris ni soutenu aucun acte de violence à Zogota”.

Si les plaignants ont saisi la cour de la Cédéao, c’est parce que “la justice guinéenne ne voulait rien faire” pour faire avancer ce dossier, gelé depuis décembre 2014, a indiqué à l’AFP leur avocat, Pépé Antoine Lama.

Selon lui, la décision de la cour de la Cédéao “ne suffit pas à réparer le préjudice subi“, et il reste déçu que “les auteurs de ce massacre” n’aient pas été inquiétés. “Nous continuons à nous battre, un jour la justice prendra ses responsabilités”, a déclaré Me Lama.

Les organisations de défense des droits humains dénoncent régulièrement “l’impunité” dont jouissent selon elles les forces de sécurité guinéennes.

Selon les décomptes de l’opposition, plus de 130 civils ont été tués depuis le début des manifestations en octobre 2019 contre un troisième mandat controversé du président Alpha Condé.

Les autorités évoquent des chiffres moindres et refusent que ces morts soient globalement imputées aux forces de sécurité, invoquant la responsabilité des dirigeants de l’opposition dans ces violences.

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.