Connect with us

Communiqués

La Chine au deuxième rang mondial en termes de revenu des primes d’assurance (Par le Quotidien du Peuple)

Published

on

Le revenu des primes d’assurance en Chine a atteint les 3 100 milliards de Yuans, ce qui fait qu’elles devraient dépasser celles du Japon et passer au deuxième rang dans le monde, ce qui a fait dire à un haut responsable de la Commission de régulation des assurances de Chine que celle-ci faisait preuve d’une attitude « active et prudente » au sujet des investissements à l’étranger dans des fonds de portefeuille d’assurances.

C’est le 22 février, lors d’une conférence de presse spéciale organisée par le Bureau d’information du Conseil des affaires d’État -le gouvernement chinois- que Xiang Junbo, le Président de la Commission de régulation des assurances de Chine, accompagné de trois vice-présidents, a fait cette déclaration à l’occasion de la présentation et d’une réponse à la question d’un journaliste.

Selon Xiang Junbo, en 2016, la Commission de régulation des assurances de Chine a obtenu des résultats positifs dans la promotion de la réforme et du développement de l’industrie de l’assurance, le premier étant une supervision globale et rigoureuse conformément à la loi, deuxièmement, maintenir fermement la limite ultime de risques, et le troisième est une situation de service solide au niveau national. En Chine, l’année dernière, le revenu de primes a atteint 3 100 milliards de Yuans, soit une augmentation de 27,5%, un chiffre qui devrait lui permettre de dépasser le Japon et de se classer au deuxième rang mondial après les États-Unis. Quant au secteur de l’assurance agricole, il est passé de 5,18 milliards de Yuans en 2007 à 41,71 milliards de yuans l’année dernière, le plaçant au deuxième rang dans le monde après les États-Unis. Xiang Junbo a également précisé que, en 2017, la prévention des risques se verrait accorder une position plus importante, tout comme il y aura une promotion de l’industrie de l’assurance afin de mieux servir le développement économique et social.

En réponse à une question d’un journaliste de Reuters sur le problème des investissements à l’étranger, Chen Wenhui, Vice-président de la Commission de régulation des assurances de Chine a répondu que, s’agissant de l’attitude des régulateurs, ils seront à la fois actifs et prudents au sujet des investissements à l’étranger. Le point positif est que l’échelle des capitaux que l’ensemble des caisses d’assurance peuvent utiliser est particulièrement grande, et que bien que le marché chinois soit assez grand, la mondialisation de l’allocation des actifs est de plus en plus importante. Mais, dans le même temps, les investissements étrangers en Chine en sont encore au stade exploratoire et, à l’étranger, l’environnement juridique différent, l’environnement politique différent, et le contexte culturel différent peuvent constituer un risque, sans parler que le nombre de talent dans le secteur des investissements à l’étranger est insuffisant, et c’est pourquoi il faut, en ce sens, être prudent.

Selon Chen Wenhui, à la fin de décembre 2016, la balance de l’industrie de l’assurance chinoise dans les investissements à l’étranger se montait à 49,21 milliards de Dollars US, ce qui représente 2,33% des actifs totaux de l’industrie de l’assurance à la fin du trimestre, et le ratio réglementaire actuel de 15% laisse un espace relativement grand. Quant à la répartition actuelle des actifs chinois à l’étranger, elle témoigne également d’un état de prudence, comme le montre les choix principaux dans le domaine des marchés avec les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, Hong Kong et autres pays ou régions développés ; quant aux produits de placement principaux, ils concernent surtout les dépôts bancaires, les obligations, les actions et les fonds sur les marchés ouverts, et ce genre d’investissements sur les marchés ouverts ont représenté environ 53,4%, tandis que les actions et investissements immobiliers à l’étranger représentaient environ 44,9%.

La prochaine étape consistera à continuer à adopter une approche positive et prudente, et à encourager les institutions d’assurance à poursuivre l’allocation d’actifs mondialisés. Enfin, Chen Wenhui a déclaré que « Il faut tout d’abord exiger que les organismes d’assurance disposent de la capacité d’investir à l’étranger, et il faut renforcer la construction de ces capacités. Nous renforcerons aussi la supervision ».

Par Qiang Wei, journaliste au Quotidien du Peuple

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *