La presse guinéenne en deuil: Pounthioun Diallo s’en est allé (Moïse Sidibé)

Print Friendly, PDF & Email


Un jour de  1998, à l’improviste et de but en blanc , des amis m’ont conduit chez madame “T” . Un groupe d’intellectuels étaient autour du doyen Pathé Diallo. On a salué et on est allés se mettre à l’écart pour continuer sur un sujet propre à nous. Le groupe des Pathé Diallo avait cessé sa conversation pour nous écouter, et c’est Pathé Diallo qui a murmuré à ses commensaux , après un instant , en parlant de moi: “le monsieur-là parle bien français “et il nous a invités à venir à leur table. C’est là où je fis la connaissance de Top Sylla de l’Indépendant, de Tibou Kamara et de Pounthioun Diallo . Immédiatement je suis parvenu à catégorisation des individus par ordre d’influence sociale. Ainsi, après le doyen Pathé Diallo , c’est Abdoulaye Top Sylla, Pounthioun semblait être le mentor de Tibou Kamara, en dépit de la dédicacetu libre de Tibou au Palais du Peuple présidée par le premier ministre Lamine Sidimé.  Cette dédicace a vue d’oeil, a été consionnée par Kassory Fofana et Cellou Dalain Diallo.  Ah ! Les vicissitudes de la politique … Sur le coup par curiosité et dans l’incertitude,  on se jaugeaient, on se jugeaient mentalement. Je suis aujourd’hui incapable de donner exactement les pensés intimes de Top et de Tibou ,mais Pounthoun avait semblé me regarder de haut , vu que le doyen Pathé se dédoublait en affabilité et en amabilité à mon égard.  À la fin du compte le doyen me demanda si je  connnais un peu le football.  Je lui répondis que je le connais lui-même depuis les années 1968-70 . Les points étant ainsi mis sur les i, il me demanda d’écrire un article de sport pour qu’il le fasse publier dans Horoya. Ça tombait juste il avait le match Guinée-Togo en vue. Ce match devait se jouer à Labé. Je ne revins chez madama “T” que plusieurs jours après avec un papier plié en quatre dans ma poche . Pathé Diallo me demande à brûle-pourpoint : ” tu as écris sur le match ?”c’est Top sylla qui a poussé les enchères en déclarant que Moïse a oublié cela. Je sortis le papier de ma poche et le tendit à Pathé, mais un long bras me le chipa comme un vol à la tire sous les appréciations de Top et sous les revendications de Pathé Diallo.
Quand le papier parut dans l’Indépendant-Plus, son secrétaire général de la rédaction était venu me dire que mon papier a fait trembler tout Conakry, le directeur de publication, Alkaly Sylla, a demandé à me voir. On s’est transportés chez Ibra, à la bellevue . Le directeur de la publication c’était mis dans la pénombre. Toute la tablée, à savoir Daouda Tamsir Niane, Abdoulaye Top Sylla, Pounthoun Diallo, c’était levée pour aller le saluer . Pounthoun Diallo m’avait dit : ” Moïse le Dp est venu allons le saluer ” . Je lui répondis :”c’est votre Dp , pas le mien” depuis ce jour Pounthoun a commencé à me regarder d’égal à égal.  On disait à Conakry que l’auteur de cet article n’est pas un  tombé de la dernière pluie , c’est un vieux de la vieille . Plus tard,  Tibou Kamara et son journal s’en étaient pris à Sidya Touré . La cadence des attaques était telle que je dis , un jour qu’on étaient chez Drizo que l’acharnement sur  Sidya Touré ressemblait à un acharnement ennuyant. Pounthoun l’avait reconnu. Je prenais le dessus sur lui plus tard encore il y a eu l’affaire DSK et Nafissatou Diallo à New York. Pounthoun avait lancé un appel de soutien à Nafissatou à tous les Diallos , étayant que c’est une Diallo . Il avait fait publier son papier dans Le Nimba. Je répondis en contre-poing dans l’Indépendant : “la raison et les arguments développés ne suffissent  pas”. Tous les Diallos vont-ils être solidaires cette cause quand une Diallo a jeté l’opprobre sur tous les autres?
Pounthioun était venu me trouver et il était daccord avec mon contre-poing, et il s’était satisfait du fait que j’aie mis une interrogation.
Quand je pense qu’à nos débuts il me regardait de haut et qu’en 2010 il était daccord avec mes idées quelles qu’elles  et quoiqu’elles fussent en contradiction avec ses convictions.
Dans toutes cette histoire Pounthioun a été un homme raisonnable. Il ne s’est jamais laissé emporter par la mégalomanie, du moins,  même quand il a été le conseillé de Tibou Kamara au Conseil national de la communication (cnc) . Peut-être qu’il en fera un peu trop au prêt de son poulain, parce que il n’était plus dans les rouages de Tibou au ministère des postes et télécommunications. Et quand le journal Le Nimba a périclité Pounthioun s’est retiré dans son coin de kipé, en face de la pâtisserie “Seven eleven ” . Il dû être abandonné par tous ses copains . Je suis allé le rencontrer plusieurs fois.
La nouvelle de son décès a rebobiné dans ma mémoire toutes ces années. C’est l’occasion de présenter mes condoléances à ses amis et surtout au ministre et porte porte-parole du gouvernement.
Moïse Sidibé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.