Connect with us

Politique

La résolution du Parlement européen n’enchante pas le Pades : ”le point sur le matériel de sécurité pas voté”

Published

on

Réunis en assemblée générale ordinaire samedi, les responsables du parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) ont, par la voix du coordinateur administratif Mohamed Kaba, salué l’adoption de la résolution du parlement européen sur la Guinée.

Pour lui, « c’est déjà un pas. Mais, Ce n’est pas suffisant puisque la recommandation phare c’est de suspendre le financement et la fourniture des matériels aux services de sécurité qui, aujourd’hui, sont entrain de réprimer dans le sang les jeunes manifestants. Ce n’est pas suffisant et il faut que ça continue. Il faut qu’il y ait des sanctions contre toutes ces personnes qui, aujourd’hui, sont en train de tuer. Il faut qu’il y ait des sanctions contre toutes ces personnes qui, aujourd’hui, sont en train de fouler aux pieds la démocratie guinéenne. Et, c’est ce que nous faisons comme appel aujourd’hui’’, a lancé Mohamed Kaba. Invitant ensuite les militants du parti de l’ancien ministre Dr Ousmane Kaba à se mobiliser pour répondre à l’appel du FNDC pour les manifestations prévues les 19 et 20 février.

“Il faut qu’on montre à ce pouvoir qu’il est dans l’illégalité, qu’il est dans l’illégitimité. Il faut que nous rejoignions tous le nouvel appel fait par le FNDC à manifester les 19 et 20 février pour donner l’assaut final. C’est très important ce qui est en train de se faire parce que ce qui est en train de se faire, c’est l’avenir du pays. Ce qui est en train de se faire, c’est la démocratie qu’il faut renforcer (…). Vous avez vu que malgré toutes les sollicitations pour faire fléchir le chef de l’Etat, pour susciter un dialogue constructif autour de l’avenir de notre pays, vous avez vu que la porte a été fermée à toutes les violences, la porte a été fermée à toutes les sollicitations, la porte a été fermée à ce qu’il y ait la paix en Guinée. Ça c’est quelque chose de très clair. Et, ça doit nous amener à continuer la lutte, ça doit nous amener à poursuivre les manifestations jusqu’à ce que ce pouvoir comprenne qu’il ne peut pas agir comme il est en train de le faire. Aujourd’hui, nous sommes en train de gagner la bataille de l’opinion, que ce soit l’opinion nationale ou européenne’’, a-t-il dit.

Mohamed Cissé

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *