Labé : 41 fonctionnaires contractuels renvoyés

Print Friendly, PDF & Email

Coup de tonnerre dans les services administratifs de la région de Labé en général et ceux de la préfecture en particulier. D’après nos informations, tous les contractuels évoluant dans les services décentralisés ont été renvoyés. Une décision prise par le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

En service depuis 2017, au compte de la préfecture de Labé, comme chauffeur personnel du préfet, en haut de ces 4 ans d’activités comme contractuel, Mamadou Saliou Macina et une quarantaine d’autres, ont été renvoyés par les autorités de transition. Rencontré  samedi dernier, ce père de famille est revenu sur cette situation, tout en dédouanant l’actuel préfet. 

« Je commence par remercier mes parents et le bon Dieu, ainsi que mes collaborateurs. Je confirme cette décision qui nous concerne. Déjà en fin décembre 2021, il y a même eu une réunion organisée par l’actuel préfet et tous les travailleurs concernés par la décision. Le courrier a été lu devant tout le monde pour partager l’information. Et c’est vendredi 07 janvier 2022, que le préfet m’a appelé le cœur très serré m’annonçant la mauvaise nouvelle. Selon lui, dans tous les services publics du pays, les contractuels ont été renvoyés donc lui aussi il est obligé de faire la même chose, car la décision vient de sa hiérarchie. C’est ainsi qu’il m’a demandé de rester à la maison. Au moment venu, même si c’est son véhicule personnel, il va m’embaucher, parce qu’on s’est beaucoup familiarisé. Je ne connais pas le nombre de travailleurs contractuels renvoyés, mais tout ce que je sais, tous ceux qui ne sont pas de la fonction publique sont concernés par la décision. De mon côté, comme c’est une décision venant des hautes autorités, je suis obligé d’accepter », soutient Mamadou Saliou Macina, ancien chauffeur contractuel au compte de la préfecture de Labé. 

Tout en se remettant à la volonté divine, notre interlocuteur nous confie néanmoins qu’ils ont été renvoyés avec deux mois d’arriérés de salaires non payés. 

« Depuis 2017, je suis en fonction comme chauffeur du préfet de Labé, El Safioulaye Bah. Et avec le changement de régime, nous avons continué avec le nouveau préfet. Mais déjà nous partons avec deux mois d’arriérés de salaires impayés. Nous tendons l’oreille pour qu’on nous paye notre dû, mais si c’est le contraire aussi, moi personnellement, je me remets à la volonté de Dieu. Seulement, nous demandons aux nouvelles autorités de murir davantage leur décision. Car renvoyer un grand nombre de travailleurs tout d’un coup sans des mesures d’accompagnement,  c’est très difficile. Parce que beaucoup parmi nous sont des responsables de famille » rappelle Mamadou Saliou Macina. 

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.