Labé : des femmes vendeuses déguerpies au marché central marchent sur la Mairie

Print Friendly, PDF & Email

Ce vendredi 03 Juin 2022, elles étaient très  nombreuses ces femmes vendeuses au marché central de Labé à battre le pavé pour dénoncer leur déguerpissement aux alentours du marché central, lieu où ces dames cherchent leur quotidien pour nourrir  leurs familles. Tout de même, les grognardes n’ont pas manqué de solliciter auprès des autorités leur maintien sur les lieux en attendant d’avoir un endroit plus approprié pour exercer leur commerce.

Prenant la parole, la porte-parole des manifestantes a dit ceci: « depuis que nous avons été déguerpies des lieux où nous sommes connues, nos conditions de vie se dégradent de jour en jour. Nous vous demandons à ce que vous nous laissiez ici nous débrouiller. Parce que ces derniers temps si nous venons sur les lieux pour exercer notre commerce, comme l’endroit est interdit, les agents de la garde communale viennent pour récupérer nos marchandises (tissus d’indigo ndlr). Et pour qu’on nous restitue notre marchandise, ils nous demandent souvent de payer entre 30 et 50.000 fg. Et si dans le lot, ils récupèrent par exemple 10 complets, et qu’ils nous restituent 05, on n’ose pas réclamer le reste. En attendant que vous nous indiquiez un lieu où nous allons partir pour nous débrouiller, laissez-nous là où nous sommes maintenant pour chercher de quoi nourrir nos enfants. Nous ne sommes pas venues ici pour vous manquer du respect. C’est le fait que  nous soyons  inquiètes. Ayez pitié de nous car il y a certaines parmi nous qui sont très démunies et qui vivent au jour le jour », soutient la porte-parole des manifestantes sous le sceau de l’anonymat.

Face à cette sollicitation, les autorités communales ont été inflexibles sur la poursuite de l’opération de déguerpissement sur les artères publiques. Tout de même, ils promettent aux manifestantes de tout mettre en œuvre pour leur trouver des places à l’intérieur du marché central.

« Nous avons suivi avec beaucoup d’attention vos préoccupations. Nous partageons vos peines parce qu’avant tout vous êtes nos citoyens. Tout de même, on ne peut pas vous promettre qu’après cette concertation vous retournerez revendre sur les artères publiques. Vous êtes obligées de libérer ces artères. Beaucoup d’entre vous ont des kiosques sous le hangar du marché central. Mais elles ont transformé ces kiosques en un lieu de stockage. Chaque jour, vous partez prendre une partie de la marchandise pour venir exposer au bord de la route. Si vous réfléchissez un peu, vous saurez que c’est vous le problème. Toutefois, nous sommes en train de voir comment récupérer la totalité du marché et vous installer toutes. Nous ferons de notre mieux le plutôt que possible, mais je vous rassure que la libération des artères publiques est non négociable », insiste Dame Yacine Diallo, troisième vice-maire de la commune urbaine de Labé.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.