Labé : des militants de l’UFDG et de l’ANAD dans la rue

Print Friendly, PDF & Email

Malgré l’interdiction faite par les autorités, les militants et sympathisants de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) et ceux de l’Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratique (ANAD) battent le pavé ce mercredi, 25 novembre 2020, dans la préfecture de Labé, dans « une marche pacifique ».

Déjà, ils sont des milliers de personnes, à répondre à cet appel de l’opposition. Objectif, exiger des autorités la libération des détenus politiques et la vérité des urnes.

Younoussa Baldé, responsable des jeunes du bureau fédéral de l’UFDG de Labé est revenu sur les raisons de cette manifestation.   

« L’objectif de cette manifestation, c’est dire non à l’injustice, non aux arrestations arbitraires et nous demandons la libération des tenus politiques. Vous n’êtes pas sans savoir que présentement, nous avons 350 de nos militants et responsables détenus. A cela s’ajoute les  48 personnes tuées et plus de 50 autres personnes blessées des rangs de l’UFDG et de l’opposition. Donc, nous sommes sortis aujourd’hui pour rappeler à M. Alpha Condé et son gouvernement que les guinéens sont fatigués de sa gouvernance et des accusations. On en veut plus qu’on traite les gens comme des étrangers chez eux. Nous demandons la libération des cadres de l’UFDG», affirme-t-il.

Parlant de l’interdiction par le gouvernement des manifestations politiques jusqu’à nouvel ordre, le conseil communale a laissé entendre :

« Cette interdiction est une violation des lois de la république. Aucune constitution au monde n’interdit aux citoyens d’un pays de sortir faire une marche pacifique pour dénoncer les agissements du régime en place. Nous, nous sommes respectueux de la loi, il n’y aucun argument pour interdire les manifestations en Guinée. Donc, nous n’avons pas violé la loi, plutôt nous avons respecté la loi ».

A noter que cette marche qui a commencé du carrefour Hoggo-M’bouro à 10 heures, va rallier le stade régional, Daka, tata, Hoggo-M’bouro, carrefour préfecture,  Kouroula, Konkola via le point de chute l’esplanade du palais de la Colima.

« Personne ne sera insulté, ni agressé et nous avons pris toutes les dispositions pour sécuriser cette manifestation », promet Younoussa Baldé.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.