Labé : des élèves protestent contre la non signature du protocole d’accord entre le SLECG et le gouvernement

Très tôt ce jeudi 10 janvier 2019, des élèves de plusieurs établissements scolaires publics et privés de la ville de Labé sont descendus dans la rue pour disent-ils, protester contre la non signature du protocole d’accord et le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et le gouvernement.

Du complexe scolaire Wouro, au collège Konkola, Boundhou Gandal, jusqu’au complexe scolaire Hoggo-M’bouro, les cours ont été perturbés. Les grognards ont administré des jets de pierres aux différentes écoles pour faire sortir leurs Camarades. Pour faire face à cette situation, les forces de l’ordre ont été déployées sur les lieux et elles ont dispersé les manifestants par des coups de gaz lacrymogène.

Sur les raison de cette manifestation cet élève  de la 10è année, qui a requis l’anonymat nous a laissé entendre : « Nous manifestons aujourd’hui pour réclamer la reprise des cours, nous  avons fait sortir les élevés à Hoggo-M’bouro et à Konkola. Nous avons commencé par notre établissement le collègeThindhel. Présentement, nous barricadons la route. Nous allons continuer de barricader la rue jusqu’au jour où les choses vont rentrer en ordre. Les forces de l’ordre ont arrêté plusieurs élevés.  A Konkola, lorsque nous, nous nous sommes réfugiés dans les maisons, les gendarmes nous poursuivaient et détruisaient les biens des gens. Ils ont même tabassé des filles. C’est pourquoi nous sommes revenus à Hoggo- M’bouro pour barricader la route. »

Pour cet autre élève, même s’il prend part à cette manifestation, il n’approuve pas la démarche et demande à ses collègues de reprendre les cours. « Nous, nous étions en classe, on était en train de faire des évaluations quand nous avons vu des élèves venir nous faire sortir des classes. Nous on ne savait même pas pourquoi on nous a fait sortir des classes. Donc, nous nous sommes contre ça puisque nous sommes des élèves qui voulons étudier. Bientôt les examens, nous ne voulons pas échouer. Si nous venons à l’école, ce n’est pas pour que ces maudits là viennent nous déranger. Ils ont saccagé beaucoup de choses. Même des motos ont été détruites, dès qu’on est sorti, ils nous ont dit d’aller à Konkola. Là, nous avons trouvé les services de sécurité, au début ils nous ont dit qu’ils ne vont rien nous faire, on voulait aller à la DPE pour qu’ils nous expliquent les raisons de cette perturbation. Mais dès que nous avons passé les gendarmes, ils nous ont aspergés du gaz lacrymogène. Comme ils ont commencé la perturbation nous allons les aider », affirme Ibrahima Diallo.

Interrogé sur cette manifestation, les responsables du SLECG de Labé, disent avoir sommés les enseignants d’abandonner les classes. Chose qui aurait poussé les élevés à manifester ce matin.

Vu le non-respect du gouvernement de leur engagement, vu que les femmes ont été battues et emprisonnées et le refus catégorique du gouvernement de signer le protocole d’accords, nous avons demandé à nos camarades de bouder les classes aujourd’hui. C’est pourquoi les enfants sont sortis manifester », explique Mamoudou Diallo, l’un des responsables du bureau du SLECG de Labé.

Affaire à suivre !

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire