Connect with us

Societé

Labé : les infrastructures routières dans un état piteux après les grandes pluies

Après les grandes pluies, le constat sur la dégradation de la voirie urbaine de Labé, chef-lieu de la Moyenne Guinée, laisse à désirer. Des troues béants en passant par des grosses roches sont visibles l’ensemble des voies qui traversent les 28 quartiers de la commune urbaine. Il suffit de faire un tour dans la ville pour se rendre compte de cet état de dégradation et d’abandon de la voirie urbaine.

A part la route nationale jusqu’au centre ville, toutes les autres routes de la commune urbaine de sont presque impraticables. La route de chez Yaali via Pounthioun jusqu’à Konkola, cette corniche souffre depuis toujours d’un manque d’entretien. Du carrefour Higgo-M’bouro jusqu’à Lombonna via Dombi en passant par Fady et Horé-salaa, cette partie n’a presque jamais connu d’entretien ni une couche de bitume.

Même constat de délabrement de la ruelle qui longe la Cour du gouvernorat jusqu’à la mosquée d’Oustaze Ly. Bref, toutes les routes des 28 quartiers de la commune urbaine sont impraticables. Elles sont frappées par une dégradation poussée avec des grosses pierres et des grands fossés. Circuler à engins roulant sur ces routes demeure un véritable parcours de combattant. Même les piétons éprouvent de réelles difficultés à parcourir ces différentes routes.

Le hic, c’est que les quelques routes recouvertes de bitume sont dans la plupart dégradée. Sur ces routes bitumées, on constate des trous béants et des fissures un peu partout. Une dégradation aussi due à l’incivisme de certains citoyens qui font souvent ce qu’ils veulent. D’autres constats sont que dans les manifestations de rue, les manifestants déchargent leur colère sur la voirie urbaine, en brûlant des pneus sur la chaussée et d’autres pratiques non honorables.

Voilà entre autres le visage dégradant de la voirie urbaine de la cité saint de Karamoko Alpha. S’il est c’est vrai que le gouvernement est peu actif dans la construction des infrastructures routières à Labé, il faut aussi reconnaître que l’incivisme de certains citoyens sur les routes constitue un frein non négligeable. Chacun de nous est donc responsable dans cette situation déplorable de la voirie urbaine de la capitale de la Moyenne Guinée. Espérons que dans sous peu de temps le gouvernement portera son attention pour faire face à cette malheureuse situation à laquelle les braves populations sont actuellement confrontées.

Tidiane Diallo correspondant régional à Labé 

+224 620 44 25 83

Continuer la lecture
2 Commentaires

2 Comments

  1. Observateur

    10 novembre 2018 at 10 h 07 min

    C’est un constat général en Guinée en ce qui concerne la dégradation des routes. L’Etat investit avec ces partenaires au développement dans la construction et refection des routes. Si la qualité souvent fait défaut,il est à reconnaitre que la POPULATION A UN RÔLE NÉFASTE SUR LA DÉGRADATION DES ROUTES. LES EAUX USÉES DE LESSIVE, LA BRÛLURE DES PNEUS SUR LES ROUTES, LA DESTRUCTIONS VOLONTAIRE DES LAMPADAIRES PUBLICS. UN INCIVISME EXTRAORDINAIRE QU »ON NE VOIS NUL PART AILLEURS.

  2. Denise

    11 novembre 2018 at 10 h 24 min

    Chapeau à ton constat Observateur et bon dimanche

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter