Labé : la mère de feu lieutenant Abdoulaye Baldé inconsolable

Print Friendly, PDF & Email

Le coup d’Etat militaire du dimanche 05 septembre 2021 s’est soldé par plusieurs morts parmi les gardes rapprochés du président déchu, Alpha Condé. Parmi eux, figure le lieutenant Abdoulaye Baldé, originaire de la commune urbaine de Labé, dans le quartier Companya.  Cet officier tué lors des échanges de tirs suite au coup d’État ayant renversé Alpha Condé était marié et père de deux enfants. C’est une dame, très meurtrie,  larmes aux yeux, se demandant à quel saint se vouer, que nous que nous avons rencontrée mardi à son domicile. Selon elle, c’est le dimanche matin qu’elle a échangé pour la dernière fois avec son fils.

« C’est le dimanche matin qu’on a échangé pour la dernière fois. Il m’a demandé si je me porte bien et il m’a promis de rappeler plus tard. Vu les circonstances, je suis restée couchée toute la nuit sans dormir. Et pendant toute la journée, je n’ai reçu aucune nouvelle de lui », relate madame Hawawou Baldé.

Poursuivant, cette mère au foyer explique que c’est le lundi,  dans la soirée, qu’elle a eu vent de cette nouvelle annonçant la mort de son enfant.

« C’est le lundi, aux environs de 16 heures, que j’ai vu son frère garer la moto. Je lui ai demandé qu’est-ce qui ne va pas, il m’a répondu que tout allait bien. C’est à partir de là que j’ai douté.  Je lui ai demandé pourquoi il me cache le décès de mon fils. Mais son frère m’a dit de me calmer. C’est comme ça que j’ai appris la mort de mon fils. Je lui ai accordé mon pardon et je demande à tout le monde de faire autant. Que son âme repose en paix ! », confie-t-elle.

Aux dernières nouvelles, on apprend que  le corps d’Abdoulaye Baldé, comme ceux d’une vingtaine d’autres militaires tombés sous les balles, serait gardé toujours à la morgue de l’hôpital Ignace Deen. Nous y reviendrons.

Tidiane  Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.