Labé : la mort d’un boulanger au marché central crée la psychose

Print Friendly, PDF & Email

Dans la matinée de ce vendredi, 7 mai 2021, c’est un jeune boulanger originaire de la sous-préfecture de Popodara qui a rendu l’âme au marché centrale de Labé. Une situation qui a créé la psychose chez les citoyens.

Abdoulaye Diallo, âgé de 25 ans est le nom du défunt. Célibataire sans enfant, ce jeune d’après nos informations, se plaignait  depuis quelques jours de douleurs au niveau du cœur. Mamadou Oury Bah, est l’un de ces proches collaborateurs témoigne :

« J’étais en compagnie du jeune qui est décédé depuis le mercredi dernier. Nous l’avons recommandé d’aller se faire consulter. Ce matin, il m’a laissé à la boulangerie pour se rendre à la clinique. Quelques heures après, m’a femme est allée me réveiller en me disant qu’il a fait une crise sur la route .A mon arrivée, j’ai trouvé qu’il était déjà mort », explique-t-il.

Le commandant de la garde communale de Labé, Ousmane Bah est témoin des derniers moments d’Abdoulaye Bah. Trouver sur les lieux, il revient sur le film en ces termes.

« C’est à 11 45, lorsqu’on a dégagé les gens sur la route qu’ on l’a vu de passage. Quand on a remarqué la façon dont il marchait, on l’a dit de s’asseoir. Aussitôt, il est tombé. Dieu merci, on a retrouvé un de ses frères. Son collaborateur de travail qui nous a dit qu’il s’appelle Abdoulaye Diallo vient de Popodara. Tout de suite, à notre tour on a informé toutes les autorités (le maire, le commissaire central, le procureur). Maintenant, on attend les pompiers qui viendront chercher le corps parce qu’on ne sait pas de quelle maladie il souffrait », explique Ousmane Bah, le responsable de la garde communale. 

Vu la stupeur des populations, le premier responsable de la garde communale, a informé sa hiérarchie, afin que des dispositions soient prises pour connaître les raison de cette mort subite.

« On a informé le maire, le procureur, les  pompiers sont sur le pont de venir embarquer le corps. Parce qu’on ne sait pas de quelle maladie il souffrait », renchérit Ousmane Bah.

Au moment où on quittait les lieux, la croix rouge était sur le point d’embarquer le corps, pour  une expertise plus approfondie, avant de restituer le corps à la famille.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.