Labé : la tabaski célébrée en grande pompe, l’imam donne la signification du sacrifice du mouton

Print Friendly, PDF & Email

La région administrative de Labé a célébré la fête de tabaski sous un soleil de plomb. Ils étaient des centaines de personnes, dans leurs plus beaux habits à rallier le plus grand lieu de prière de la cité sainte de Karamoko Alpha de Labé pour s’acquitter de leur devoir religieux.

Déjà avant 10 heures, le lieu de prière de Bowloko, situé dans le quartier du même nom était bondé de fidèles venus de tous les horizons. Parmi eux, on pouvait noter la présence du gouverneur Sadou Keita, du président de la délégation spéciale de Labé, Elhadj Cellou Daka Diallo, du député uninominal Mamadou Cellou Baldé, du chargé de communication du Bloc-libéral et des opérateurs économiques comme Amadou Oury Diallo ‘’Sadakadji’’ et Diouldé Tané. Seul le préfet El hadj Safioulaye Bah, en ce moment en France, qui a brillé par son absence.

‘’Alhahou Akbar !’’, c’est par cet appel que le premier imam a ouvert son sermon avant de revenir sur l’historique de l’immolation du mouton, la sunnah du prophète Abraham.

« Allahou-Akbar, tant qu’on est en vie, l’homme doit s’apprêter à rejoindre son créateur, car la mort est une porte par laquelle tout le monde va passer. Mais il faut préparer son voyage. A l’occasion de cette fête de tabaski, il important pour tout musulman qui a les moyens d’immoler un animal. Mais pas n’importe quel animal. Ce qui est recommandé c’est d’immoler un mouton bien portant castré. A défaut, on immole un mouton non castré, à défaut des deux, on peut prendre une brebis. Cette sunnah nous vient du prophète Abraham, qui dans un rêve a été sommé par Dieu d’immoler son unique fils Ismael. A son réveil, Abraham l’a dit à son fils, que Dieu l’a sommé de l’immoler. Une chose que le fils a accepté avec joie. Au moment de l’exécution de la demande, Dieu a amené du Paradis un mouton pour remplacer Ismaël. Voilà l’histoire de cette sunnah. On peut retenir dans cette histoire également que les jeunes, voire toute personne, doit respecter ses parents », prêche le petit-fils de thierno Aliou Boubha diyan. Poursuivant, l’imam Thierno Mamadou Badrou Bah a indiqué que « l’immolation peut être faite aujourd’hui, jour de la fête, le lendemain et le surlendemain ».

A noter que la grande a été clôturée par des bénédictions et l’immolation d’un mouton par Elhadj Thierno Mamadou Badrou Bah.

Amadou Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.