Labé : le conseiller Boubacar Keita fait de graves accusations contre le maire

Print Friendly, PDF & Email

Depuis quelques jours, la mauvaise gestion de la mairie de Labé polarise les débats dans la capitale du Foutah Djallon. Hormis l’absence, depuis 3 mois, du 1er et du 3ème vice-maire, de la mairie pour des raisons de crise, le conseiller Aboubacar Keïta, élu sur la liste indépendante, va plus loin et pointe du doigt la gestion opaque des fonds alloués à l’équipe dirigée par Mamadou Aliou Lally Diallo. Lors d’un point de presse qu’il a animé ce jeudi 04 février 2021, Boubacar Keita, a tiré à boulets rouges sur l’Exécutif communal.

« C’est avec beaucoup d’amertume que je prends la parole devant vous ce matin pour brosser, avec peine, l’atmosphère confuse, malsaine et exécrable qui règne très malheureusement au sein de notre commune; la commune urbaine de LABE. Et voilà bien deux ans. Très loin de toute  considération partisane, de contestations masquant des desseins inavoués ou servant des intérêts politiques. Et ce, dans le strict respect du sacro-saint principe de redevabilité, se fait le devoir de vous informer de ce qui suit, et à l’actif de notre maire :

1-    de la violation flagrante et répétée du code des collectivités,

 2-   du non respect et de l’ignorance coupable des délibérations du conseil,

3-   de la substitution du conseil par un triumvirat de quelques personnes et de l’entêtement du maire à décider exclusivement et exécuter, expliquant ainsi la désertion des membres du conseil, 

4-   du refus de présentation des bilans écrits (exercices 2019 et 2020) ,

5-   du refus de communiquer sur la destination des ristournes aux collectivités, des impôts 2019 ( la part de la commune sur environ gnf 1milliard 778millions) et 2020 (sur un total d’environ 1 milliard 351 millions, avec 7 millions environ pour le BND), 

6-   le refus ostentatoire de communiquer sur les situations domaniales, des recettes propres perçues par la commune et sur la signature de certains engagements ou conventions et, enfin,

7-   l’obstination à masquer notre piètre bilan par les dons, appuis, legs et subventions dont a bénéficié la collectivité; soit par le biais des contributions de nos valeureux fils et filles ressortissants de Labé ;  soit par l’inestimable accompagnement des structures partenaires au développement ;  des bonnes volontés qui se privent pour la collectivité;   et surtout de la salutaire et précieuse initiative présidentielle du Professeur Condé Alpha, l’ANAFIC sans laquelle la commune urbaine de LABE n’aurait presque rien à présenter », affirme Aboubacar Sidiki Keïta. 

Vue cette situation, notre interlocuteur n’a pas manqué de lancer un appel à l’endroit des autorités de tutelle pour prendre des dispositions.  

« C’est pourquoi, je prends à témoin cette laborieuse population de LABE, de quelque bord politique qu’elle soit, la communauté nationale ainsi que les autorités administratives ayant charge de nous encadrer, sur cette dérive dans la gestion des affaires de la localité ; et qu’à défaut, les prochains jours seront déterminants sur le choix des actions à entreprendre ; puisque cette situation ne peut s’enliser. Nous ne pouvons tolérer cette calamiteuse gestion pendant que la souffrance et la paupérisation des citoyens bondissent en valeur exponentielle ; et ceux qui travaillent peinent à joindre les deux bouts », conclut-il. 

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé 

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.