Labé : les albinos souffrent de harcèlement, d’exclusion et de diabolisation

À l’instar de plusieurs pays et villes du monde, les albinos de Labé sont confrontés à plusieurs difficultés non des moindres. Au-delà de la non-assistance de l’Etat, ces personnes sont victimes entre autres de harcèlement, de mauvais traitement, d’exclusion et de diabolisation. Une situation qui ne laisse pas indifférent le président de l’association des albinos de Labé.

À la tête d’une association d’une quarantaine de membres, Amadou Korka Diallo, a du mal à regrouper les albinos de Labé. A l’en croire, cette situation est due à la méfiance des albinos d’une part et leur famille d’autre part.

‘’Tu peux partir dans une famille, demander à cette famille de te permettre de rencontrer leur parent qui est albinos, ils refusent catégoriquement de te présenter la personne. Nous rencontrons ces genres de difficultés. Certains ont peur de nous mettre en contact avec leurs albinos, même si, mes amis et moi nous sommes albinos. Ce refus se justifie par le fait que quelque part nous entendons que des albinos sont sacrifiés dans d’autres contrées du monde. Ils ont vraiment peur », affirme Amadou Korka Diallo.

À cela s’ajoutent les difficultés que rencontrent les Albinos sur le marché du travail, et l’exclusion que subissent les élèves atteints d’albinisme dans les différents établissements scolaires de Labé.

« Dans les écoles, difficilement leurs camarades acceptent de s’asseoir près d’eux. Les élèves albinos sont souvent marginalisés, exclus des groupes d’amis. Nous adultes, il nous est souvent très difficile d’avoir du travail. Quand nous postulons on nous exclut à cause de notre albinisme », regrette M. Diallo

Heureusement, selon Amadou Korka Diallo, suite aux sensibilisations, les choses commencent à changer.  

« Heureusement, ces derniers temps nous sommes en train nous-même de sensibiliser les gens, nous allons dans les endroits où, nous rencontrons des difficultés que nous ne sommes pas maudits, que c’est la volonté divine. Maintenant les choses commencent à changer. Nous sommes acceptés dans plusieurs endroits » se réjouit Amadou Korka Diallo.

À titre d’illustration, le mariage avec d’autres personnes est désormais fréquent, nous confie notre interlocuteur.

« Personnellement j’ai une femme qui n’est pas albinos, et j’ai sept (7) enfants. Dans notre association, il y a plus de 5 pères de famille, d’autres ont au moins 3 femmes », ajoute Amadou Korka Diallo.

Toutefois les Albinos de Labé ne bénéficient d’aucune aide du gouvernement. Amadou Korka Diallo n’a donc pas manqué de lancer un appel à leur endroit.

« Pour le moment, nous ne bénéficions d’aucune aide du gouvernement. C’est pourquoi nous demandons à la responsable régionale de la promotion féminine de l’enfance et des personnes vulnérables de nous aider pour qu’on bénéficie de l’aide des autorités », plaide Amadou Korka Diallo.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83                              

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.