Labé : les chauffeurs pas satisfaits de l’allègement des mesures sanitaires  

Print Friendly, PDF & Email

Le communiqué radiotélévisé signé de la présidence de la République portant sur l’allègement des mesures barrières sanitaires dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, continue de polariser les débats dans la commune urbaine de Labé, surtout chez les chauffeurs du transport en commun.

Dans une immersion faite ce jeudi 24 septembre 2020 dans plusieurs gares routières de la Cité de Karamökö Alpha, il a été constaté que cette décision des autorités n’a fait que des frustrés tant chez les conducteurs que les passagers. Mamadou Tafsir Ly, qui fait la navette entre Labé et Conakry, rencontré à la gare de Kouroula, dira :

« Cette décision n’est pas une solution au problème du côté du transport, la solution qui peut arranger les chauffeurs et les passagers faudrait d’abord enlever tous les points de contrôle nouvellement implantés sur les différents axes routiers, avant de sommer aux conducteur de rétablir le nombre de passagers et le prix du transport qui étaient en vigueur avant le 26 mars. En plus, le mauvais état de la roue n’est un secret pour personne. »

Dans le même sillage, ce passager en partance pour Conakry, réclame la réduction du prix du litre de carburant à la pompe.

« En général, cette décision n’arrange ni les chauffeurs, ni les passagers. La solution, le gouvernement devait diminuer le prix du litre de carburant. La maladie de Covid-19 est toujours présente dans le pays, mais comme nous somme en période de campagne, le gouvernement a profité pour prendre des mesures qui n’arrange personne », laisse entendre Mamadou Korka Diallo.

Quant à Mamadou Alpha Diallo, conducteur, les chauffeurs s’en sortaient bien avec 250 mille fg comme transport entre Labé-Conakry.

« Les 250 mille comme transport nous arrangeaient nous les chauffeurs, entre Labé et Conakry. Il y a 12 points de contrôle, nous payons par point de contrôle entre 10 et 50 mille fg. Vraiment ça ne nous arrange pas », lance-t-il.

Par ailleurs, Mamadou Tafsir Ly, revenant à la charge propose une solution aux autorités.

« Ils ont dit de prendre 9 passagers, après analysez, nous avons trouvé que ce n’est pas une solution. La solution, ils doivent nous permettre de prendre 7 passagers, un devant, 3 au milieu, et 3 derrière, et nous allons diviser les 250 mille entre ces 7 passagers », demande-t-il.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.