Labé : sensibilisation autour de la souscription aux structures de protection sociale au cœur d’une rencontre

Print Friendly, PDF & Email

A l’image des villes de Kankan, Faranah et Mamou, l’Institut National d’Assurance Maladie Obligatoire “INAMO” en collaboration avec la Caisse Nationale  de Prévoyance  Sociale des Agents de l’Etat Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) a  procédé ce jeudi, 7 janvier 2021, à Labé, à la sensibilisation des travailleurs actifs, contractuels permanent de l’Etat et des retraités. Histoire de les inviter à adhérer aux deux structures de l’Etat de protection sociale.

 C’est la salle de conférence d’un hôtel de la place qui servi de cadre à cette rencontre sous la présidence du gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané qui avait à ses côtés plusieurs autres invités de marque.

Après l’allocation de bienvenue du secrétaire régional des travailleurs de Labé, suivi de l’ouverture de la dite rencontre par le premier magistrat de la région, la parole est revenu au secrétaire général de la CNTG de décliner l’objectif de cette rencontre.

« Nous sommes à Labé dans le cadre de la sensibilisation de nos adhérents, notamment les travailleurs actifs, contractuels permanent de l’Etat et retraités. C’est pourquoi d’ailleurs nous sommes en train de sillonner les huit régions administratives de la Guinée en vue de leur souscription au niveau de deux structures de protection sociale qui est une première en Guinée. A l’image des autres pays de la sous-région, nous voulons être au même niveau qu’eux désormais. C’est ça la motivation principale. Les deux structures que nous avons mis en place soutenu par le gouvernement par un décret du  Président de la République, c’est l’INAMO (Institut Nationale de l’Assurance Maladie Obligatoire) et de la Caisse Nationale de Protection Sociale des Agents de l’Etat. L’idée est partiz des enquêtes, des voyages d’études au Mali, la Côte-d’Ivoir, le Sénégal, le Togo, pour que nous nous inspirons de leur protection pour que la Guinée aussi au même niveau de la fonction publique et des retraités. Nous, souscrivions à cela pour que nous soyons protégés pour notre avenir », a expliqué Elhadj Amadou Diallo. 

Poursuivant, le secrétaire général de la CNTG est revenu sur les avantages de la souscription dans ces deux structures étatiques.

« L’importance de l’adhésion, c’est pour leur protection sociale, leurs couverture pour eux-même et leurs familles pour que désormais, les travailleurs guinéens ne soient pas laissés pour compte quand ils tombent malades ou quand ils font des accidents ou quand ils ont des maladies professionnelles. Nous avons constaté qu’il y avait une inégalité sociale sur le terrain, c’est à travers le copinage, à travers le soutien de certains commerçants ou de bonnes volontés que certaines personnes pouvaient être prises en charge pour être évacuer à l’étranger ou prise en compte pour leur traitement. Donc pour éliminer cette inégalité  sociale, nous avons demandé au Président de la République qu’on accepte de crer ces deux structures  de protection sociale pour que désormais, que ça soit tous les travailleurs de la fonction publique et les retraités qui sont prises en compte »,  précise-t-il, avant de se réjouir de l’engagement des bénéficiaires de cette sensibilisation à la souscription à ces deux structures. 

Poursuivant, il a tenu à préciser : « J’ai remarqué un engouement surtout au niveau des retraités qui sont engagés à souscrire à cela y compris également  quelques travailleurs actifs de la fonction publique. Certains on dit que ça été un retard parce que s’ils avaient su au départ que cela allait les être profitable, qu’ils auraient souscrit à cela avant aujourd’hui. Donc ça été un avantage de les sensibiliser pour  qu’ils souscrivent dès ce mois de janvier. »

A noter que ces deux structures ont été créées en faveur des fonctionnaires et retraités de Guinée en 2014, par décret présidentiel. Et après l’étape de Labé, la délégation se rendra à Kindia pour la même mission. 

Tidiane Diallo, correspondant régionale à Labé 

+224 620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.