Connect with us

Societé

Labé: le sit-in des enseignants dispersé à coups de gaz lacrymogène

A l’image des leurs camarades, les enseignants de Labé ont investi ce lundi 12 novembre 2018, les locaux de la direction préfectorale de l’éducation (DPE) de Labé. Ce rassemblement des enseignants avait pour objectif de dénoncer le gel de leurs salaire et les multiples échecs des négociations entre le SLECG et le gouvernement. Une manifestation qui a été vite dispersées à coups de gaz lacrymogènes par les services de sécurité. En nombre réduit, les manifestants scandaient des slogans comme  » à bas les intimidations, nous voulons nos 8 millions, vive Soumah… »

 » On est rassembler ici aujourd’hui pour faire un sit-in, tous les enseignants étaient conviés à une rencontre à la DPE nous sommes arrivés là-bas à 9 heures. Le motif, vous savez il y’a eu le gel des salaires des enseignants. Nous voulons que les salaires soient dégelés pour qu’on ne nous  intimide pas. On a fait le sit-in mais les forces de l’ordre sont venus nous dispersés. Nous avons quitté la DPE nous sommes venus à la préfecture. Pour le moment personne n’a été blessé, mais le combat continue, la grève continue » Explique Ibrahima Pounthioun Diallo.

Absent à cette manifestation, le secrétaire général du syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée de la section de Labé a été décrié par ses camarades et qui ont demandé son départ.

 » C’est notre Secrétaire général Aboubacar Soumah qui a demandé à ce que ce sit-in soit fait. Et c’est sur toute l’étendue du territoire national. Alors nous sommes réuni ici ce matin, comme vous l’avez constaté avec un petit nombre, on s’est dit qu’il y’a eu des traitres parmi nous, c’est pourquoi il n’ont pas voulu répondre, à commencer par le SG du SLECG de Labé Monsieur Mamadou Gnama Baldé, c’est un traitre il devait être là, il n’y aucun motif qui peut l’empêcher d’être là ce matin. Donc on s’est dit d’organiser une assemblée générale ce jour il sera destitué de ces fonctions. Son numéro est éteint on ne sait pas pourquoi, mais il sera destitué. Nous, nous avons à faire à des hommes intègres, qui n’ont pas la peur au ventre parce-que la peur n’a pas de couleur » explique Abdoulaye Mariame Diallo, un des enseignants grévistes.

Interrogé sur son refus de prendre part au sit-in, Gnama Baldé répond en ces termes.

 »La raison est simple, j’ai appris qu’un important dispositif sécuritaire a été déployé sur les lieux, et qu’il y’a eu des infiltrations, donc j’ai eu peur de prendre part au sit-in » se défend – t-il.

À noter que tôt le matin, le mouvement osons oser a également pris d’assaut le locaux du gouvernorat pour demander l’ouverture des classes. D’ailleurs le gouverneur s’est engagé d’ être le porte-parole des élèves au près du gouvernement.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé. 

620 44 25 83

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter