Labé : tabassé par deux bénévoles lors du déguerpissement des emprises du marché central, Alhousseiny ‘’ Portefaix’’ succombe à ses blessures    

Print Friendly, PDF & Email

Les faits remontent à deux semaines. Tout est parti d’une bagarre qui a éclaté entre le portefaix et les deux agents bénévoles en service au poste de Police de Diayabhé, quartier Madina, qui était venu apporter main-forte aux agents de la garde communale dans les opérations de déguerpissement des emprises du marché central de Labé. Grièvement blessé  par ces deux bénévoles,  qui n’étaient même  pas mandatés par les autorités communales et leur hiérarchie,   selon nos informations, la victime a succombé à ses blessures dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28 mai 2022, aux environs de 03 h du matin au CHU d’ignace Deen. Rencontré ce matin l’un des neveux de la victime, très attristé par cette disparition, demande à la justice de rétablir la famille du défunt dans ses droits.

« C’est aux environs de 3 heures du matin qu’on m’a appelé pour m’informer que mon oncle est décédé à Ignace Deen. Donc ce matin, nous nous sommes rendus à la brigade de recherche de la gendarmerie où nous avions porté plainte. Nous avons  rencontré le commandant Diop, ce dernier a appelé le commandant de la gendarmerie régionale, le procureur et le vice-maire Aliou Sampiring pour les informer. Dans la foulée, nous avons appelé la famille  à Conakry, comme sa mère est là-bas, nous avons décidé de l’enterrer à Conakry aujourd’hui à 17 h. Pour la suite du dossier, le procureur nous a promis de nous rendre justice. Tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire de mort d’homme seront punis à la hauteur de leur forfaiture. La victime se nomme Alhousseiny Diallo, originaire de Missidhé-Diawbhé, dans la sous-préfecture de Bodjé, dans la préfecture de Dalaba. C’est un jumeau. Il n’a pas d’enfant, il était marié à une de ses cousines, malheureusement ils ont divorcé. Nous demandons à la justice de punir ces deux-là à la hauteur de leur forfaiture, pour que ceux qui l’ont tué comprennent que ce qu’ils ont fait  n’est pas normal, puisqu’ils l’ont accusé à tort, il ne leur a rien fait », affirme Mamadou Khalil Baldé.

Très touché par la perte de ce collaborateur, l’association des portefaix de Labé, a cessé toute activité ce samedi en guise de compassion à la mémoire de leur camarade, comme le précise ici leur responsable.

« Il (Alhousseiny Diallo, ndlr) est décédé hier soir, sa famille m’a appelé ce matin pour m’informer. Comme le dossier est à la justice et les incriminés ont été également arrêtés, aujourd’hui nous ne travaillons pas. C’est une grève pacifique, demain, comme il sera enterré nous allons reprendre nos activités. A la justice, nous demandons de punir ces assassins à la hauteur de leur forfaiture. Force reste à la loi, nous, on ne peut rien. C’est pourquoi d’ailleurs nous avons déclenché ce mouvement de grève, c’est d’abord interpeller la justice,  au même moment  faire savoir à la justice que nous avons confiance en elle », Thierno Abdoulaye Kankalabhé

Joint au téléphone, le vice-maire de la commune urbaine de Labé a confirmé l’arrestation des incriminés avant de nous confier que ces accusés n’étaient pas mandatés.  

« Ces deux bénévoles qui sont accusés,  ils ne faisaient pas partie de l’équipe de déguerpissement. On ne sait même pas qu’ils se sont mêlés des activités.

Dès que nous avons appris qu’ils ont tabassé le jeune, nous (autorités communales ndlr) avons autorisé qu’ils soient arrêtés, ils sont au nombreux deux bénévoles, ils sont à la maison centrale », se justifie Mamadou Aliou Sampiring Diallo.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.