Labé : Thierno écope de 15 ans de réclusion criminelle pour viol ayant entraîné la mort

Print Friendly, PDF & Email

Les audiences criminelles, se sont poursuivies ce mercredi 29 juillet au TPI de Labé avec deux dossiers inscrits au rôle, dont un cas de viol et assassinat et un autre portant sur une attaque à mains armées. Mais c’est le premier dossier qui a le plus attiré l’attention du public. Dans cette affaire l’accusé se nomme Thierno Boubacar Diallo, 28 ans, mis sous mandat de dépôt depuis le 05 novembre 2019.

Vue le réquisitoire définitif de M. le procureur près le tribunal de première instance de Labé, relatif au renvoi devant le tribunal criminel. Attendu que l’information a établi les faits suivants : le 02 novembre 2019, le préfet par intérim de Koubia informait la gendarmerie territoriale de cette préfecture d’un cas de viol suivi d’assassinat sur la personne de Diamilatou Diallo, à Pilimini, préfecture de Koubia. A l’ouverture de l’enquête Thierno Boubacar Diallo et Lamarana Bah ont été interpellés. Sur les circonstances des faits, le mari de la victime explique devant le tribunal, en ces termes :

« Le samedi 26 octobre 2019, ma femme m’avait quitté pour se rendre au marché hebdomadaire de Pilimini pour acheter des condiments. Après avoir l’attendue jusqu’à 19 heures, en vain alors qu’elle n’a pas l’habitude de rester aussi longtemps, inquiet, tout le village s’est mobilisé pour la rechercher et c’est le lendemain que son corps sans vie a été retrouvé près du marché hebdomadaire aux environs de 10 h », a rappelé tristement Thierno Mamadou Ciré Diallo, époux de la victime, qui réclame justice.

Appelé à la barre, Thierno Boubacar Diallo a reconnu les faits de viol suivi d’assassinat avec son ami Lamarana Bah : « La victime était ma petite amie par l’intermédiaire de Lamarana Bah depuis Labé, le quartier Daka. Et c’est aux environs de 14 h, que nous l’avons interceptée au niveau du marigot avant de la conduire en brousse. J’ai été le premier à la violer. » Des propos rejetés par Lamarana Bah qui dit avoir accompagné le jour des faits un ami pour des salutations d’usage. Ce qui a été confirmé par son ami depuis l’enquête préliminaire. C’est pourquoi Lamarana n’a pas comparu devant le tribunal criminel.

Dans ses réquisitoires, le ministère public a demandé au tribunal de condamner Thierno Boubacar à la réclusion criminelle à perpétuité. Mais dans sa plaidoirie, l’avocat de la défense a demandé au juge de requalifier les faits en viol ayant entrainé la mort. Après 2 heures de suspension, le tribunal a condamné Thierno Boubacar Diallo à 15 ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté de 10 ans.

A noter que dans le deuxième dossier, Amadou Diouldé Sow et Adbourahmane Diallo ont été déclarés non coupables, tout en ordonnant leur libération et la partie civile déboutée de toutes ses intentions.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.