Labé : un communiqué appelant à la reprise des cours ravive les tensions entre Rpgistes et Ufdgistes à Labé

Print Friendly, PDF & Email

Un pan s’invite dans la grève des enseignants à Labé, chef-lieu de la Moyenne Guinée. La délégation spéciale de la ville entre dans la danse. Le vice-président issu des rangs du Rassemblement du peuple de Guinée Arc-en-ciel (Rpg Arc-en-ciel, parti au pouvoir) Mamadou Doumbouya (sur la photo, ci-dessous) a, dans un communiqué radiodiffusé lu lundi sur les radios privées dans les environs de 17 heures 30 ordonné la reprise effective des cours dès ce mardi 6 décembre.

Une décision qui a fait monter l’adrénaline du côté des conseillers issus des rangs de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti de l’opposition guinéenne.

Joint au téléphone Mamadou Aliou Lally Diallo, responsable des jeunes de l’Ufdg a qualifié la décision du vice-président d’unilatérale. A l’en croire, personne n’a été consulté par le vice-président avant de prendre une telle décision.

« On n’a pas été consulté, personne n’a été consulté, même ce matin ont était avec le vice-president à la commune mais il ne nous a pas fait cas de sa décision. Nous considérons cela comme une décision unilatérale et nous la dénonçons parce que c’est un responsable du Rpg Arc-en-ciel qui prend cette décision. Comment est-ce qu’il peut se mêler de ça ? La décision vient du vice-président, même pas du président de la délégation spéciale qui n’a pas été consulté », affirme Mamadou Aliou Lally Diallo qui, dans la foulée, nous recommande de nous approcher du président de la délégation spéciale pour plus d’informations.

« Moi je suis malade, couché à la maison, je n’ai même été au bureau aujourd’hui. C’est le général de collectivité de la préfecture Lanciné Sangaré (membre aussi du Rpg Arc-ciel) qui m’a appelé pour faire un communiqué pour demander aux parents d’élèves de sommer leurs enfants à reprendre le chemin de l’école ce mardi. Je lui ai répondu que je suis malade, je ne peux pas le faire, c’est m’a maladie qui me préoccupe. Ce n’est pas moi qui ai signé le communiqué, je n’ai rien n’a voir dans ça, ce n’est pas ma décision, mais celle du vice-président. Il ne m’a même pas consulté avant de la prendre », déplore Elhadj Cellou Daka Diallo.

« Si c’est la préfecture qui a appelé le président et demandé au vice-président de faire ce communiqué, pourquoi la préfecture ne fait pas elle-même un communiqué ? Ce n’est pas à nous de demander la reprise des cours, car ce n’est pas nous qui avons lancé ce mot d’ordre de grève, ce n’est pas à nous de lever ce mot d’ordre de grève, nous dénonçons cette décision », insiste Lally Diallo.

Au même moment, la branche du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) Labé a, à son tour, dans un communiqué, demandé aux enseignants de continuer la grève. Car, dit-elle, ne pas la continuer c’est abandonner Aboubacar Soumah qui semble être trahi par certains de ses camarades. Dans le même communiqué, le SLECG de Labé a révélé à l’opinion que certains de ses membres sont menacés par le préfet Elhadj Safioulaye Bah et la directrice préfectorale de l’éducation (DPE).

L’appel des autorités sera-t-il entendu par les élèves et leurs parents ? Là est toute la question.

Depuis plusieurs jours, une grève des enseignants pilotée par le syndicaliste Aboubacar Soumah -traqué par les autorités- paralyse une bonne partie du système éducatif du pays avec son cortège de violences qui a fait deux morts, des blessés et des dégâts matériels importants.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

  1. pecos 3 ans il y a
    Repondre

    On sait que l’UFDG et toute la ville de Labé soutiennent cette grève à 100%.

    • Diallo Soul 3 ans il y a
      Repondre

      @pecos. C’est l’incompétance des vos gouvernants qui fait que Vous êtes incapables de controller quoi que ce soit.
      Bandes d’incompétant.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.