Labé : une importante quantité d’alcool frelaté saisie

Print Friendly, PDF & Email

Tout est parti d’une saisie faite en amont le mercredi 13 janvier dernier. Selon nos informations, c’est une dizaine de catégorie de ces boissons alcoolisées interdites par les autorités dont entre autres le jinn et totapac qui continuent d’être consommées dans les maquis et bars dans la ville qui ont été saisies par le directeur préfectoral du commerce de Labé.

« Depuis quelques jours, nous sommes sur le terrain avec l’appuie de la police. Nous sommes en train de faire appliquer les instructions d’interdiction de vente des alcools frelatés. Dans la préfecture de Labe, depuis que nous avons commencé, nous avons procédé à la saisie d’une grande quantité qui est actuellement stockée au commissariat de police et que nous allons bientôt transférer dans notre magasin de stock », explique Alseyni Diaby .

Au lendemain de cette saisie, c’est-à-dire ce jeudi, 14 janvier, c’est l’équipe de contrôle de qualité et normes, dans une opération d’envergure à mis main sur plusieurs cartons de cet alcool frelaté dans une école de la place transformée en dépôt.

Interrogée, la propriétaire de ces alcools a laissé entendre : « Je reconnais qu’ici, c’est une école. Donc, comme on avait pris mes bagages, on m’avait dit qu’on a qu’a enlevé les stocks. C’est à cause de ça que j’ai envoyé ici mes stocks. Quand tu prends la marchandise de quelqu’un, tu vends pour avoir un intérêt et tu lui restitues son argent. C’est pourquoi j’ai mis la marchandise ici pour que j’appelle le propriétaire pour lui dire que la marchandise là est interdite. J’avais pris cette marchandise depuis le 31 décembre, avant qu’on ne parle à la radio de l’interdiction », e justifie-t-elle.  

Sur la sanction que court cette la propriétaire, l’un des agents du service de contrôle de qualité et normes précise : 

« Il y a des bières frelatés, des liqueurs comme les doubles, punch, commando et tant d’autres. Ce sont des différents échantillons. La propriétaire sera sanctionnée à la hauteur de sa forfaiture. Il y 20 emballages », explique Youssouf Diallo, l’un des agents de ce service.

A noter que selon le Directeur préfectoral du commerce de Labé, ces produits seront incinérés et les propriétaires seront soumis au paiement d’une pénalité. 

Tidiane Diallo, correspondant régionale à Labé

+224 620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.