Labé/VIH-Sida : le directeur régional de la santé parle de 3 888 cas enregistrés dont 57 enfants

Print Friendly, PDF & Email

L’humanité a célébré le lundi 1er décembre dernier, la journée internationale de la lutte contre le Sida. Cette année, c’est le thème « solidarité mondiale de la santé et responsabilité partager » qui a été retenu.

A Labé, selon le Directeur régional de la santé, ils sont au total 3888 personnes atteintes de cette maladie dans sa juridiction dont 57 enfants et 221 nouveaux cas enregistrés en 2020.

« Une pandémie ne cache pas une autre pandémie. La lutte contre le VIH est d’actualité parce que les gens continuent à se contaminer. Actuellement, nous avons au moins 3 888 personnes qui sont listées au niveau de l’hôpital régional de Labé. En 2020, si nous prenons la liste active, ils sont 1631 dont 57 enfants. Cette année, nous avons intégré de 221 nouveaux cas. C’est pourquoi nous continuons les activités. Cette année, nous avons prévu deux grandes activités dont la première est la promotion de la charge virale. C’est-à-dire nous allons prendre les gens qui ont pris les médicaments en six mois, on va prendre leur sang et voir si le virus est toujours dans leur sang. Puisque à force de prendre les médicaments ? si la personne ne sera pas guérie, mais elle ne pourra plus contaminer une autre personne. Donc, c’est un moins de prévention pour la transmission. Deuxièmement, nous avons une activité qu’on appelle la prise de parole. On va mettre ensemble les anciens et les nouveaux et ils vont échanger. Les anciens vont sensibiliser les nouveau sur l’importance de prendre les médicaments parce qu’aujourd’hui, nous avons des gens qui ont pris les médicaments pendant plus de 20 ans et qui vivent correctement », affirme Dr Mamadou Oudy Bah.

Poursuivant, le premier responsable de la santé de Labé nous confie que sur les 3 888 malades que compte la région, les femmes sont les plus nombreuses.

« La couche la plus infectée par le VIH est celle des femmes dont la polygamie est l’un des facteurs. Mais heureusement, une personne atteinte du sida ne veut pas dire qu’elle est condamnée morte », conclut-il.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83                                                                 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.