Aïd el-kébir à Labé : covid-19 au cœur du sermon de l’imam Badrou (audio)

Print Friendly, PDF & Email

A l’image de leurs coreligionnaires du monde entier, les fidèles musulmans de la région administrative de Labé ont célébré ce vendredi, 31 juillet 2020, l’Aïd-el-kébir communément appelée fête des moutons.

Particulièrement dans la commune urbaine de Labé, ils étaient très nombreux dans leurs plus beaux habits à allier les différents lieux de prière pour s’acquitter de cette obligation religieuse. A Bowloko, (le plus grand lieu de prière), comme d’habitude, la prière a été dirigée par le premier imam de Labé.

Dans son sermon de circonstance, Elhadj Thierno Mamadou Badrou Bah a largement sensibilisé les fidèles sur la pandémie (Covid-19).« Vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes dans une période de pandémie, et cela nous préoccupe à plus d’un titre. Si dans le saint Coran il est dit se rapprocher lors de la prière, mais cette année, vous avez vu que la distanciation sociale a pris le dessus à cause du Coronavirus. Ce n’est pas une rumeur, la maladie excite belle et bien. Nous sommes tous priés d’accepter de mettre en application les conseils édictés par les autorités sanitaires. Pour limiter la propagation du virus, on doit porter les bavettes, se lavez régulièrement les mains, garder une distance d’un mettre avec les autres lors des regroupements. Dieu merci  car, ici à Labé, nous avons pris cette habitude de respecter ces gestes barrières. On ne s’attendait pas qu’à Labé, nous allons enregistrer des malades qui seront même hospitalisés. Nous prions Dieu qu’il guérisse les malades et qu’il protège nous qui ne sommes pas malades », a prié Elhadj Badrou Bah.

Poursuivant, il (premier de Labé) a mis l’occasion à profit pour revenir sur le sacrifice d’Abraham. « Parlant de l’immolation en guise de sacrifice, n’acceptons pas de créer quelque chose que nos parents n’ont jamais fait. Nos prédécesseurs nous appris que deux ou plusieurs personnes ne peuvent pas s’associer pour acheter et immoler un animal, une bête que ça soit une vache, une chèvre un mouton ou autre c’est pour une seule personne. Un animal une personne. L’islam est claire là-dessus. Exceptionnelle, une personne peut acheter un animal et la donnée à plusieurs personnes pour le sacrifie », conclut-il.

A noter qu’à l’occasion de cette fête à Labé, les mesures sanitaires édictées par les autorités sanitaires ont été respectées dans tous les lieux de prière.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.