Lancement du bac à Kankan : ‘’le candidat qui se fera prendre sera mis à la disposition de la justice’’ (délégué)

Print Friendly, PDF & Email

Comme prévu, les premières épreuves du baccalauréat unique session 2021 ont été lancées ce jeudi 22 juillet 2021 sur l’ensemble du territoire national guinéen. Dans la commune urbaine de Kankan, c’est le lycée collège Almamy Samory Touré, où composent les élèves des sciences expérimentales, qui a abrité le lancement de la première épreuve de Biologie/Géologie comme l’indique le calendrier délivré par le MENA. Cette année, ils sont plus de 12 000 à passer cet examen au compte de la région administrative de Kankan.

« Concernant les statistiques du baccalauréat unique, cette année dans la région administrative de Kankan, on a 12 220 candidats dont 2863 filles, le nombre de centre utilisé est de 27, le nombre de salles de classes est 359 et le nombre de surveillant est 718 », a donné Famoro Keïta, l’inspecteur régional de l’éducation (IRE) de Kankan.

Avec pour slogan “Tolérance Zéro”, ce lancement a connu la présence des autorités administratives et éducatives, ainsi que du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation. Dans son message à l’endroit des candidats, le Général Bouréma Condé a appelé les candidats à la sérénité avant de leur souhaité une bonne chance.

« Notre message au niveau des candidats, c’est d’abord la sérénité. Ensuite, le self contrôle c’est-à-dire que le candidat ne se laisse pas aller à l’émotion, car cette année, il n’y a pas de place pour la fraude, la fraude sera impossible. Les autorités du MENA et de l’enseignement supérieur ont pris toutes les dispositions pour ne laisser aucune place à la fraude. Il s’agit donc pour chacun de donner ce que l’on a en soi, car l’examen c’est la sanction d’une année d’étude, ce que tu connais c’est ce que tu mettras sur ta feuille d’examen, donc nous souhaitons bonne chance aux candidats, ils sont les bénédictions du président de la république et de tout le gouvernement. »

Contrairement aux années précédentes, le baccalauréat unique de cette année est géré à la fois par le MENA et l’enseignement supérieur pour éviter toute tentative de fraude ou de corruption. Dr Ibrahima Kaba, le délégué de l’enseignement supérieur détermine leur rôle dans ces examens et prévient tout candidat qui se livrera à une quelconque tricherie.

« Le rôle de l’enseignement supérieur dans ce processus c’est venir épauler le MENA afin que les examens se déroulent dans les meilleures conditions. Nous avons utilisé les détecteurs de métaux ce matin à l’entrée du portail et après nous allons sillonner toutes les salles pour refaire le contrôle, le candidat qui se fera prendre sera immédiatement exclu et sera mis à la disposition de la justice. »

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan                                          

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.