L’armée algérienne fait de nouvelles victimes parmi les orpailleurs sahraouis

Print Friendly, PDF & Email

L’armée algérienne a fait recours une fois de plus aux armes à feu en tirant, jeudi dernier, sur un groupe de sahraouis civils qui pratique l’orpaillage, tuant ainsi un enfant de 14 ans et blessé un autre issu des camps de Tindouf dans une carrière à l’Est du campement dit « Dakhla ».

Ce nouvel acte barbare des militaires algériens a suscité une vague de colère

auprès des habitants des camps de Tindouf et les instances internationales chargées du respect des droits de l’Homme.

N’ayant recouru à aucune sommation, l’armée nationale populaire algérienne a ainsi entrainé froidement la mort d’un jeune civil sahraoui qui répond au nom d’Aabidat Oueld Bellal et la blessure par balle du nommé Falli Oueld Barka.

Ce n’est pas la première fois que l’armée nationale populaire fait recours à des armes à feu. D’ailleurs, juste la semaine passée, la gendarmerie algérienne avait fait deux victimes qui pratiquaient l’orpaillage de nuit. Les deux Sahraouis ayant essuyé les tirs nourris de l’armée algérienne s’appelaient Lakbir Ould Mohamed Ould sid Ahmed Ould El Markhi et Ould Mohamed Fadel Ould Laman Ould

Chghaybin de la tribu Sellam — Rguibat, tous deux faisaient partie des rangs du Polisario et l’un d’entre eux résidait en Espagne.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.