L’armée rend hommage aux feus Mamady Condé et son neveu, tués par des assaillants

Print Friendly, PDF & Email

L’armée guinéenne a rendu ce vendredi, 30 octobre un vibrant hommage au colonel Mamady Condé, commandant du bataillon spécial des commandos en attente du camp Samoréya et son neveu (fils adoptif) Mamadi Demba Condé du groupement forces spéciales tués récemment par des ‘’assaillants’’.

La cérémonie funèbre qui était prévue au BQG du camp Samory s’est finalement tenue à la morgue de l’hôpital Ignace Deen en présence du ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale et chargé des Affaires Présidentielles, Dr Mohamed Diané qui avait à ses côtés plusieurs officiers supérieurs de l’armée.

A cette occasion, parents, amis et collaborateurs tous en larme devant les dépouilles du colonel et de son fils, couverts du tricolore national ont reconnu unanimement leur mérite, avant d’indiquer qu’ils sont morts en défendant la nation.

Dans la lecture de l’oraison funèbre, l’officier chargé des ressources humaines au BQG, commandant Sékou Oumar Barry a tenu à indiquer : « Promis au grade de colonel le 21 janvier 2019 et nommé commandant du bataillon spécial des commandos en attentes de Samoréya à Kindia du 31 janvier 2019, le colonel Mamady Condé est décédé à l’hôpital régional de Kindia le 16 octobre 2020. Il nous quitte après avoir effectué 30 ans, 9 mois et 15 jours de service sous le drapeau, laissant derrière lui 4 femmes et 9 enfants. »

Selon l’adjudant Mory Hawa Camara du groupement des forces spéciales, « le feu sergent Mamadi Demba Condé, né en 1988 fut incorporé au sein de l’effectif des forces armées en 2011 et a suivi plusieurs formations militaires en Guinée, au Burkina Fasso et au Maroc où il décrocha plusieurs diplômes. En 2018, il s’est porté volontaire pour participer au texte de sélection au sein du groupe des forces spéciales. Après ledit texte, il fut retenu par le commandement de cette unité par ses qualités physiques, morales et techniques », dira-t-il.

Poursuivant, il expliquera les circonstances dans lesquelles leur collègue a trouvé la mort. « Le vendredi, 16 octobre 2020, le sergent Mamadi Damba Condé, lors d’une mission d’interception des assaillants qui ont ôté la vie au commandant du bataillon spécial des commandos en attente, aux environs de 11 h à Bondôkhôri, dans la préfecture de Dubréka, a été atteint. Le brave soldat a pris une balle de 12,7 mm et il succomba quelques minutes après. Il part en laissant derrière lui une veuve et deux enfants. »

Youssouf Keita

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.