Connect with us

Societé

Le Bulletin du Gouvernement- Septembre 2017- Femmes d’ici et d’ailleurs : Mira Kourouma, maquilleuse professionnelle et entrepreneur

Published

on

Conakry, le 13 Octobre 2017 – En Valorisant la pratique et l’essor de certaines professions pratiquées par les femmes, le Gouvernement Guinéen, dans sa mise en œuvre de sa politique de promotion de la couche féminine, favorise de plus en plus l’émergence d’une nouvelle élite féminine. Dans ce numéro du Le Bulletin du Gouvernement, nous vous parlons du maquillage professionnel avec Mira Kourouma.

Bonjour Mira Kourouma. Merci de répondre à nos questions. Pour commencer, présentez- vous aux lecteurs du Bulletin du Gouvernement.

Je suis Mira Kourouma, j’ai 26 ans, je suis maquilleuse professionnelle et entrepreneur. Je vis ici en Guinée et je suis mariée.

Vous venez d’évoquer des activités parallèles d’entrepreneur que vous menez de front avec la profession de maquilleuse ! Pouvez-vous préciser en explicitant les connexions ?

Je suis maquilleuse depuis 1 an et, j’ai aussi une boutique de vente d’habits depuis 4 ans, mais comme il y avait beaucoup de concurrence, j’ai décidé de faire un autre métier. Vu donc que le métier de maquillage n’est pas développé en Guinée, je suis allée faire une formation en France, à Paris durant dix mois, d’Avril 2016 à Février 2017 et cette formation a été couronnée par un diplôme avec lequel je suis rentrée au pays, pour exercer mon métier de façon professionnelle. Le maquillage est ma passion ; j’adore me maquiller et surtout maquiller les femmes pour nous rendre belles pour nos compagnons. Le maquillage est un vrai art qui se pratique tant bien que mal partout, dans les salons de coiffure, à Conakry et à l’intérieur du pays, bien que beaucoup de travail de professionnalisation reste à développer. Aujourd’hui grâce à ce métier, beaucoup de jeunes filles trouvent du travail et s’en sortent aisément, y compris moi.

Comment faites-vous pour concilier vos activités commerciales et professionnelles ?

Ce n’est pas très difficile. Je commence toujours par la boutique où je me rends chaque matin lorsque mon temps me permet, pour vérifier comment ça se passe. Après la boutique qui est d’ailleurs gérée par quelqu’un d’autre, je vais à mon lieu de service où je passe le reste de mon temps à travailler. Tout dépend du programme de mes clients mais, j’arrive quand-même à m’en sortir.

Parlez-nous justement de votre clientèle et de vos rapports avec elle ?

J’ai beaucoup de clientes, vu que nous sommes crédibles. Beaucoup de femmes viennent ici pour se faire belles, surtout lorsqu’elles ont des cérémonies ou des activités particulières. Nos rapports sont très bons, parce que je crois que ces femmes ont confiance en moi et dans le travail que nous accomplissons ; c’est pourquoi elles viennent vers nous. Maintenant qu’elles sont fidélisées, notre prochain défi consiste à les garder avec nous et à accroître notre clientèle en gardant le cap dans le travail et en améliorant davantage nos prestations.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans ce métier ?

Les handicaps sont énormes, surtout au niveau des clientes parce qu’elles ne viennent jamais à l’heure. Elles viennent tout le temps avec des retards de 2 ou 3 heures or, cela joue énormément sur la suite des programmes. Donc, si vous aviez prévu de faire autres choses avec d’autres personnes, vous serez contrariés car votre travail va ralentir. En plus de ce facteur, il y a aussi que le maquillage professionnel n’est pas assez développé et reconnu parce que c’est toujours une minorité de femmes qui viennent ici, qu’on pourrait qualifier de ‘’Femmes émancipées” alors que le maquillage est fait pour toutes les femmes, d’autant plus que nos honoraires sont assez abordables, de telle sorte que chacune puisse y trouver son compte. Au final, je me tire d’affaire quand même.

Selon vous, pourquoi le métier du maquillage tarde-t-il encore à se développer en Guinée ?

Nos populations, connaissent encore très peu ce secteur d’activité et ses débouchés. Certaines personnes le font superficiellement et quand elles (ou ils) commencent à peine à maquiller, sans réelle maîtrise, elles se précipitent aussitôt pour ouvrir des salons… ! Négligeant d’apprendre sérieusement le métier. Il faut que les gens changent de mentalité et essaient d’apprendre sérieusement les vrais gestes, ainsi que la nature des produits. Il nous faut des écoles et je crois aussi que l’Etat doit s’investir dans le domaine en créant déjà des centres de formation et d’apprentissage puisque c’est un domaine qui intéresse de plus en plus de jeunes filles.

Que conseillez-vous aux filles qui s’intéressent à ce métier ?

C’est vrai que tout le monde ne peut pas apprendre ce métier comme je l’ai fait en payant beaucoup d’argent et en travaillant avec amour, sérieux et conviction sachant que seul le travail libère l’Homme. Je suggère d’approcher davantage les professionnelles qui sont allées apprendre. Je crois que cette démarche leur permettra d’apprendre mieux et dans de meilleures conditions pour et peut-être qu’elles se professionnaliser avec le temps.

Comment faites-vous pour concilier votre vie de famille avec vos activités professionnelles ?

C’est vrai que c’est difficile mais, je n’ai pas de problème. Je suis mariée et mon mari aime le métier que je pratique ! Donc pas de souci. Je sais concilier mon ménage avec mes activités professionnelles.

Votre mot de la fin.

Je remercie le bon Dieu qui m’a donné la possibilité d’apprendre ce métier et je dis merci à papa et maman, mon mari et toux ceux de près ou de loin qui m’ont accompagnée dans la réalisation de ce rêve. Je vous remercie.

 La Cellule de Communication du Gouvernement

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Citation de la semaine 18 février 2020
    "Le cyclone Idai a tout détruit, nous n’avions rien. Alors, nous avons commencé à ramasser les plastiques pour gagner en peu d’argent" Pasika Gaspal, habitante de Beira (Mozambique)
  • L'UE va se déployer en Libye pour empêcher les livraisons d'armes 18 février 2020
    Les journaux allemands commentent l’accord trouvé lundi (17.02.2020) par l’Union européenne pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays. 
  • Niger : dix ans après son renversement, Mamadou Tanja a toujours des soutiens 18 février 2020
    Mamadou Tandja a été renversé par l’armée le 18 février 2010, . Ce troisième putsch, depuis la conférence nationale du 29 juillet 1991, a mis fin aux velléités de l’ancien président de vouloir se maintenir au pouvoir.
  • Racisme : Moussa Marega massivement soutenu au Portugal 18 février 2020
    Victime de cris racistes, Moussa Marega, avait quitté le terrain du Vitoria Guimarães. L'attaquant malien du FC Porto a été notamment soutenu par Marcelo Rebelo de Sousa, le président du Portugal.
  • Au Cameroun, l'impunité est la cause des violences contre les civils, selon HRW 17 février 2020
    La mort de plusieurs civils dans la zone anglophone vendredi (14.02.20) révèle une incapacité des dirigeants à juger les coupables, selon des ONG. Celles-ci demandent une enquête indépendante.
  • Au Mali, l'exploitation de l'or permet de financer les djihadistes 17 février 2020
    L’exploitation de l’or à Kidal (nord) a réduit considérablement le taux de banditisme dans la région. Mais elle permet aussi aux groupes armés et aux djihadistes souvent alliés à Al-Qaïda de se financer.
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.