Le CNT adopte 36 mois: filles et femmes des partis politiques relèvent une violation de la charte de la transition

Print Friendly, PDF & Email


Pour un retour à l’ordre constitutionnel en Guinée dans un délai consensuellement défini, à l’issue des élections libres, démocratiques et apaisées, les filles et femmes issues de plusieurs formations politiques dont entre-autres: l’UFR, l’UFDG, le PADES, le RDIG, le MPDG, le BL, le PUP, le PDG-RDA, l’UDG et le NFD  réunies au sein d’une plateforme appelée  “Cadre de Concertation des filles/femmes des Partis Politiques de Guinée” (CCFPPG) ont fait ce jeudi 12 mai 2022 une déclaration à la Maison De la Presse. 
Avec l’appui technique de NDI et le financement de l’USAID, le CCFPPG a dans cette longue déclaration formulé des propositions et a apporté des recommandations à toutes les sensibilités sociopolitiques de la Guinée, notamment les partis politiques,  la société civile, le CNT, le CNRD, le MATD. Plus loin, le CCFPPG remarque des efforts dans la nomination des femmes dans les instances de prise de décisions et par la même occasion il réaffirme son attachement à l’indépendance  de la justice. Ci-dessous, des extraits  de ladite déclaration.
 » Le CCFPPG suit avec une attention particulière et avec discernement l’évolution du contexte sociopolitique de notre pays, depuis la prise du pouvoir par le CNRD, le 5 septembre 2021. Conscient qu’un tel événement ne saurait faire l’unanimité, car certains de nos compatriotes restent attachés à dénoncer ce coup de force qui a mis fin au régime du parti qu’ils soutiennent; et d’autres qui adoubent les nouvelles autorités qui, pour eux, portent l’espoir d’une Guinée meilleure, le CCFPPG ne saurait être un arbitre de ces ressentiments et prises de position mais une plateforme de plaidoyer pour un retour paisible à l’ordre constitutionnel dans un délai consensuellement défini, à l’issue des élections libres, démocratiques et apaisées.En tout état de cause, notre responsabilité en tant que Cadre de concertation des filles et femmes des partis politiques consiste à la recherche de solutions qui permettront de relever notre pays, de redresser notre économie et de favoriser le vivre-ensemble entre nos frères et soeurs guinéens.
Étapes et chronogramme de la Transition
Le CCFPPG se réjouit de la publication des 10 étapes de la transition par le gouvernement devant aboutir à l’organisation des prochaines élections. Il invite le gouvernement à faire davantage preuve d’ouverture et d’inclusion pour la révision de ces 10 étapes en incluant une étape relative à l’éducation politique et électorale et l’adoption d’un chronogramme consensuel pour leur mise en oeuvre. Le CCFPPG note l’adoption par le CNT d’une résolution consacrant 36 mois comme durée de la transition et relève une violation par ce dernier de l’article 77 de la charte de la transition qui confère cette prérogative aux forces vives de la nation.
Les réformes constitutionnelles et électorales sensibles au genre 
Conscient que la transition offre l’opportunité d’engager des réformes constitutionnelles et électorales profondes, le CCFPPG exprime ses vives préoccupations quant à la prise en compte de la dimension genre pour plus d’équité. La loi ordinaire N°L/2019/0011/AN du 09/05/2019 portant parité entre l’homme et la femme, obtenue de haute lutte, mérite d’être promulguée sans délai. La dernière constitution, malgré les imperfections dont elle était entachée, a consacré le quota d’un tiers (%) pour chaque sexe dans les assemblées à caractère politique et nominatif, et la parité entre l’homme et la femme comme un objectif à atteindre. Ces acquis seront défendus et la parité parfaite dans l’accès aux postes politiques nominatifs et électifs mérite d’être consacrée par les réformes constitutionnelles et électorales

Indépendance et équité de la justice
Le CCFPPG réaffirme son attachement à la préservation de la paix, de l’unité nationale, au respect des libertés fondamentales, à l’état de droit et à la protection des personnes et de leurs biensLe CCFPPG regarde donc avec grand intérêt les différentes actions menées par la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) à l’encontre des anciens hauts fonctionnaires de l’Etat. Nous ne pouvons que rappeler à tous nos frères et sœurs que l’Etat doit s’armer de l’équité la plus parfaite ainsi que la justice indépendante comme sa boussole la plus précise lorsqu’il fait usage de ses pouvoirs régaliens.

Dialoque inclusif
Le CCFPPG note le caractère inclusif et permanent du Cadre de concertation mis en place par les autorités pour répondre au besoin impérieux de recherche de consensus autour de toutes les actions politiques sous la transition et plaide pour l’ouverture de cadre de dialogue à toutes les forces vives, ainsi que la présence d’un médiateur avec l’appui des partenairesde la Guinée, afin qu’à travers des discussions empreintes de sincérité, de responsabilité et
d’intérêt général, les droits fondamentaux soient respectés, que les femmes prennent toute
leur place sur l’échiquier politique ainsi que dans les instances de prise de décisions de la nation et que le retour à l’ordre constitutionnel soit une réalité.
Recommandations
Eu égard à tout ce qui précède, le CCFPPG recommande

Au CNRD
Tendre la main aux filles et fils du pays sans exclusion:Respecter la charte de la transition dans sa lettre et son esprit; Maintenir et améliorer le Cadre de concertation inclusif entre le CNRD, les partis politiques et la société civile pour la recherche de consensus autour de toutes les actions de la transition;Tenir compte des différentes recommandations qui seront issues des Assises Nationales dans la conduite du processus de réconciliation à travers la réparation des préjudices subis par les victimes et les mesures de non répétition des violations des droits des citoyens, surtout les femmes; Accepter la nécessité d’avoir un médiateur pour servir de passerelle entre les forces vives, les partenaires internationaux et les autorités de la Transition
Au CNT

Rendre publics le plan d’actions législatives et son réglement intérieur:Respecter la représentativité des femmes dans les instances de prises de décision et le principe de parité entre l’homme et la femme dans l’élaboration de la nouvelle constitution et les réformes légales subséquentes:Se concentrer sur sa mission de contrôle et de veille de la transition et promotion de la réconciliation pour un retour apaisé à l’ordre constitutionnel.
Au MATD

d’une Guinée meilleure, le CCFPPG ne saurait être un arbitre de ces ressentiments et prises de position mais une plateforme de plaidoyer pour un retour paisible à l’ordre constitutionnel dans un délai consensuellement défini, à l’issue des élections libres, démocratiques et apaisées.
En tout état de cause, notre responsabilité en tant que Cadre de concertation des filles et femmes des partis politiques consiste à la recherche de solutions qui permettront de relever notre pays, de redresser notre économie et de favoriser le vivre-ensemble entre nos frères et soeurs guinéens.
Étapes et chronogramme de la Transition
Le CCFPPG se réjouit de la publication des 10 étapes de la transition par le gouvernement devant aboutir à l’organisation des prochaines élections. Il invite le gouvernement à faire davantage preuve d’ouverture et d’inclusion pour la révision de ces 10 étapes en incluant une étape relative à l’éducation politique et électorale et l’adoption d’un chronogramme consensuel pour leur mise en œuvre Le CCFPPG note l’adoption par le CNT d’une résolution consacrant 36 mois comme durée de la transition et relève une violation par ce dernier de l’article 77 de la charte de la transition qui confère cette prérogative aux forces vives de la nation.
Les réformes constitutionnelles et électorales sensibles au genre
Conscient que la transition offre l’opportunité d’engager des réformes constitutionnelles et électorales le CCFPPG exprime ses vives préoccupations quant à la prise en compte de la dimension genre pour plus d’équité. La loi ordinaire N°L/2019/0011/AN du 09/05/2019 portant parité entre l’homme et la femme, obtenue de haute lutte, mérite d’être promulguée sans délai. La dernière constitution, malgré les imperfections dont elle était entachée, a consacré le quota d’un tiers (%) pour chaque sexe dans les assemblées à caractère politique et nominatif, et la parité entre l’homme et la femme comme un objectif à atteindre. Ces acquis seront défendus et la parité parfaite dans l’accès aux postes politiques nominatifs et électifs mérite d’être consacrée par les réformes constitutionnelles et électorales.

Aux Partis Politiques
Eviter la politique de la chaise vide en cette période de transition et participer activement, au côté d’autres acteurs de la vie sociopolitique, à la gestion des différentes actions devant aboutir au retour à l’ordre constitutionnel:
Faire les revendications dans les règles de l’art pour le maintien de la cohésionsociale, la paix et le vivre-ensemble Créer la solidarité et l’entente entre les différents partis politiques pour l’intérêt général de la nation.

A la société civile
Continuer son rôle de veille et de contrôle citoyen, de sensibilisation des acteurs pour une transition apaisée ;
Contribuer au maintien du dialogue entre les différents acteurs de la nation et à la promotion des droits politiques des femmes.
Aux partenaires techniques et financiers
– Renforcer son appui technique et financier à la Guinée pendant cette transition: Soutenir et appuyer les réformes constitutionnelles et le dialogue politique inclusif pouvant contribuer à la crédibilité des prochaines élections et à l’apaisement du climat sociopolitique de la Guinée.
Pour le Cadre de ConcertationLa Porte-ParoleFait à Conakry, le 12 mai 2022″

Mamadou Yaya Barry 

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.