Connect with us

International

Le Congrès inflige un sérieux camouflet à Trump sur son mur frontalier

Donald Trump a subi jeudi une véritable humiliation au Congrès américain avec le rejet, grâce à la défection de 12 sénateurs de son propre camp républicain, du financement d’urgence du mur qu’il construit à la frontière avec le Mexique afin de lutter contre l’immigration clandestine.

Défendant l’un des projets les plus emblématiques de sa présidence, Donald Trump a juré de bloquer la résolution adoptée par les élus. L’édification de ce mur hautement controversé pourra donc se poursuivre.

« VETO! » a-t-il tweeté juste après le vote. Puis, dans un second tweet: « J’ai hâte d’opposer mon veto à cette résolution d’inspiration démocrate ».

Reste néanmoins l’humiliation de devoir dégainer son premier veto présidentiel pour sauver sa grande promesse de campagne malgré une majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100).

Le nombre de rebelles républicains a enflé ces derniers jours, tous opposés à la situation d' »urgence nationale » décrétée par le président américain afin de contourner le Congrès, qui refusait de lui accorder le budget pour le mur.

Au total, 59 sénateurs ont soutenu une résolution démocrate proclamant que « l’urgence nationale déclarée par le président le 15 février 2019 (…) est par la présente annulée ». Ce vote marque l’approbation finale du texte par le Congrès.

Depuis des jours, M. Trump avait mis la pression sur les sénateurs de son camp afin d’éviter ce revers.

« La frontière sud est un cauchemar humanitaire et pour la sécurité nationale », avait-il encore tweeté dans la matinée, affirmant qu’un « vote en faveur de la résolution » revenait à voter pour « la criminalité ».

Donald Trump avait aussi tenté de justifier la constitutionnalité de sa décision de recourir à cette mesure d’exception pour obtenir quelque huit milliards de dollars pour le mur.

« Les juristes disent que cela est complètement constitutionnel », avait-il souligné peu avant le vote.

– Des fidèles de Trump –

Le débat n’est pas théorique: c’est parce qu’ils estiment qu’il a piétiné, avec cette mesure, les pouvoirs du Congrès qu’autant de sénateurs républicains ont soutenu la résolution démocrate.

L’ex-candidat à la présidentielle en 2012, Mitt Romney, a ainsi expliqué vouloir voter « en faveur de la Constitution ».

Parmi les rebelles figurent aussi deux modérées, Susan Collins et Lisa Murkowski, qui ont déjà voté par le passé avec les démocrates, ainsi que le libertarien Rand Paul, habitué à se démarquer des troupes républicaines.

Plus surprenant, plusieurs conservateurs fidèles de Donald Trump et moins médiatiques ont aussi pris le risque de s’attirer les foudres du tempétueux président: Roy Blunt, Mike Lee, Jerry Moran ou encore Roger Wicker.

« Je partage l’objectif du président Trump de renforcer nos frontières, mais je ne peux soutenir l’expansion des pouvoirs de la présidence au-delà des limites constitutionnelles », a écrit Jerry Moran.

Un argument repris par plusieurs des rebelles conservateurs, qui ont rappelé leur farouche opposition à de telles tentatives de la part du démocrate Barack Obama.

L’ancien rival de Donald Trump à la primaire républicaine, Marco Rubio, a en outre expliqué avoir voté contre le financement d’urgence car il puisait dans des enveloppes budgétaires au départ allouées à l’armée.

Comme d’autres sénateurs opposés –Lamar Alexander, Rob Portman et Pat Toomey–, M. Rubio a en outre confié sa crainte de voir de prochains présidents démocrates s’emparer de ce précédent pour financer des « urgences » controversées.

La Chambre, contrôlée par les démocrates, avait approuvée cette même résolution le 26 février.

Farouchement opposée au mur de Donald Trump, sa présidente, la démocrate Nancy Pelosi, plaide plutôt pour un renforcement des mesures de contrôle aux postes-frontière. Leur bras de fer autour de cette question avait précipité les Etats-Unis dans la plus longue paralysie budgétaire de leur histoire, pendant 35 jours entre décembre et janvier.

Il semble improbable que le Congrès puisse outrepasser le veto présidentiel, car cela nécessiterait une majorité des deux tiers dans les deux chambres.

Populaire auprès de la base républicaine, Donald Trump a des relations plus compliquées avec ses troupes au Congrès, où il enchaîne les revers cette semaine.

Mercredi soir, c’est sa politique étrangère, et notamment son solide soutien à l’Arabie saoudite, qui ont été clouées au pilori, également grâce à des voix républicaines: le Sénat a approuvé une résolution l’exhortant à arrêter tout soutien américain à la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen.

La Chambre devrait à son tour approuver cette mesure. Et Donald Trump a, là aussi, prévu de la bloquer par un veto.

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook

  • Ebola en RDC, une urgence mondiale 19 juillet 2019
    Parmi les sujets d'actualité africaines développés dans les journaux allemands cette semaine, l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, qui a atteint pour la première fois la grande ville de Goma.
  • Les ordures aggravent les inondations à Conakry 19 juillet 2019
    Les déchets qui s'accumulent dans les caniveaux empêchent les eaux de s'écouler. Les constructions anarchiques causent également des problèmes en période de fortes pluies.
  • Tueries en Ituri: un silence qui fait écho 19 juillet 2019
    Dans les artères de la ville de Bunia en RDC, des jeunes ont défilé avec la tête d'une jeune femme décapitée. Leur but était de crier leur détresse, tout en espérant des réactions de la part des autorités.
  • Le désarmement a commencé en RCA 19 juillet 2019
    Le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion est enfin dans sa phase exécutoire. Cinq groupes armés ont engagé le processus, selon la Minusca.
  • Helsinki : une "coalition de volontaires" pour l'accueil des personnes secourues en mer ? 19 juillet 2019
    Helsinki, la capitale finlandaise, a abrité jeudi (18.07.19), une réunion des  ministres de l'Intérieur de l'Union européenne pour discuter de l'accueil des personnes secourues en mer.
  • Le Sénégal mobilisé autour des Lions de la Teranga 19 juillet 2019
    Le Sénégal va affronter l’Algérie à 19 H temps universel pour le compte de la finale de la coupe d’Afrique des Nations. Tout le peuple est derrière ses Lions face aux Fennecs.
  • Urgence mondiale ou pas, la riposte contre Ebola se poursuit 18 juillet 2019
    L'Organisation mondiale de la santé a donc relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'urgence sanitaire mondiale. Une décision qui laisse le docteur et ministre congolais de la Santé sceptique.
  • La CPI confirme la somme des indemnités dont Thomas Lubanga doit s'acquitter 18 juillet 2019
    Outre quatorze ans de prison, la CPI avait aussi condamné, en 2012, Thomas Lubanga à verser 10 millions de dollars aux familles des victimes. Une décision confirmée, jeudi, par la Chambre d'appel.
  • La directrice de la police judiciaire limogée au Burkina Faso 18 juillet 2019
    L'affaire des corps de 11 personnes retrouvés sans vie dans les locaux de l'Unité antidrogue continue de défrayer la chronique au Faso. Depuis, des mesures disciplinaires ont été prises au sein de la police nationale.
  • Un nouvel état régional menace de voir jour en Ethiopie 18 juillet 2019
    Depuis l'arrivée d'Abiy Ahmed, en 2018, les pressions entre communautés se multiplient. Outre le conflit entre Omoros et Ahmaras, les Sidama viennent désormais s'ajouter aux dossiers urgents du Premier ministre.
  • Angie et ses drôle de dames 18 juillet 2019
    Les journaux commentent le "coup" d'Angela Merkel. La chancelière a réussi a placé ses deux alliées les plus fidèles à des postes clefs : exécutif européen pour Ursula von der Leyen et ministère de la Défense pour AKK.
  • Allemagne: quel est le programme anti-immigration de l'AfD ? 18 juillet 2019
    Connu pour ses sorties controversées, quel est le réel programme du parti d'extrême-droite en matière d’immigration ?
  • Rapprochement germano-russe lors d'un sommet en Allemagne 18 juillet 2019
    Malgré l'absence d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine, pour la première fois depuis 2014, les ministres des Affaires étrangères allemand et russe se retrouvent ce jeudi à Bonn en Allemagne.
  • Oly Ilunga s'interroge sur les motivations de l'OMS 18 juillet 2019
    Après la décision de l'OMS de déclarer l'épidémie d'Ebola urgence sanitaire mondiale, Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, réagit sur notre antenne. Selon lui, sur le terrain, cela ne va rien changer.
  • Crise anglophone au Cameroun: des parlementaires allemands proposent une médiation 18 juillet 2019
    La crise dans les provinces anglophones s’enlise. C’est dans ce contexte qu’une délégation de parlementaires allemands a récemment séjourné dans le pays pour proposer une médiation aux protagonistes.
  • Soudan du sud: un système de plus en plus répressif 18 juillet 2019
    Amnesty International dénonce une campagne de harcèlement, d’intimidation et d’attaques contre les adversaires politiques du pouvoir en place à Juba, y compris à l’étranger.
  • Ebola déclarée urgence sanitaire mondiale 18 juillet 2019
    Les experts du Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réunis en urgence mercredi, ont relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale.
  • CAN 2019 : Le Nigeria termine troisième 18 juillet 2019
    Dans la petite finale, les Super Eagles ont battu la Tunisie 1-0 et montent sur le podium. C'est la septième fois de l'histoire que le Nigeria termine troisième de la CAN.
  • Trump, un président raciste à la Maison Blanche? 17 juillet 2019
    Les derniers propos de Donald Trump au sujet de quatre élues démocrates à la peau foncée ont décidément du mal à passer. Par tweets interposés, le chef de la Maison Blanche les a accusées de haïr l'Amérique.
  • "Que c'était juste" pour Ursula von der Leyen 17 juillet 2019
    Les journaux allemands reviennent sur l'élection d'Ursula von der Leyen  à la tête de la Commission européenne. D'ici à son entrée en fonction le 1er novembre, elle doit constituer une nouvelle Commission.