Le FNDC, la malédiction ou le péché d’orgueil (Tibou Kamara)

Print Friendly, PDF & Email

La bêtise insiste toujours, et les sots du FNDC qui sont aussi des aboyeurs de service tentent de sauver les meubles d’une maison en ruine, hantée par une conscience populaire dirigée contre eux. Ils ravalent leurs illusions de passer de zéros à héros, en comptant sur une demande sociale forte partout  et des impatiences des tous les peuples qui constituent pour tous les régimes un défi permanent et tous les dirigeants du monde, une épreuve quotidienne. 

Mal leur en a pris, aujourd’hui, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer, sortis de l’histoire et conscients depuis longtemps déjà que l’avenir, ce n’est pas eux, ça ne sera jamais eux, parce que , quoi qu’il arrive, les Guinéens ne pourraient confier leur destin à des charlatans et hommes de rue voués à l’errance et décadents. Les délinquants n’ont pas de place dans un pays démocratique et un Etat de Droit. Ailleurs, chacun sait où ils seraient les bienvenus pour que la société refasse leur éducation civique et morale afin qu’ils se rendent compte , comme prévient Jean-Paul Sartre, que  ” Tout est permis  ne veut pas dire que rien n’est défendu”. C’est la démission de l’Etat et l’indifférence de la société aux crimes qui permettent à des hors-la-loi de se croire tout permis, de briser les codes et les tabous, d’entrer en rébellion ouverte contre les institutions , ‘Etat, la République. 

Qui sont-ils pour nous offenser et agresser tout le monde ? Qui, pour rappeler à l’ordre ces pourfendeurs de toutes nos valeurs sacrées, qui ne s’interdissent rien, se permettent tout avec tout le monde ? 

Le peuple en a marre de subir ces illuminés éperdus dans la folie d’ambitions démesurées, en conflit avec eux-mêmes et leurs semblables dans une croisade mortifère .  Leur place est dans un asile d’aliénés, et le seul rôle qui n’amuse plus personne à cause de ses accents dramatiques et des périls qu’il comporte dans un pays pétri de sagesse et de raison, est celui de piètres bouffons  et des fous de la cité , malades de leurs fausses certitudes. Ces aspirants-révolutionnaires voient le mal partout, en chacun un ennemi à abattre dans une furie hystérique et un accès paranoïaque pathétique.

Victimes de malédiction et d’un pêché d’orgueil pathologique, nos faux gladiateurs, grossiers personnages d’un cirque qui n’a que trop duré dans une République où on voudrait que l’excès soit la norme, le vice la vertu, sont pointés désormais du doigt par tous et vivent les dernières heures de la pagaille qu’ils ont échouée à répandre et de la chienlit dont ils sont le symbole honteux. Ils ne sont pas candidats aux élections,  disent n’avoir pas de candidats, alors qu’est-ce qui les fait courir tant et s’agiter comme des diablotins ? L’ espoir qu’ils peuvent dans la confusion qu’ils veulent créer et la révolution qu’ils attendront longtemps encore dans leur dépression, émerger, “devenir quelqu’un” enfin, incapables de se trouver une place et un rôle   dans la République des lumières, des valeurs, des mérites. Hommes d’ombres dans un théâtre d’ombres d’intrigues, des salauds, de falots, ils sont indignes de complaisance et méritent plutôt un bannissement total .

Au lieu de se repentir de ses pêchés capitaux dont les moindres ne sont pas l’orgueil et l’arrogance, de se faire pardonner par un peuple auquel elle ne cesse de mentir mais qu’elle n’entraînera jamais dans l’abîme auquel elle veut le destiner, la bande à copains et coquins, également bande de crétins et de gredins, tous des sots devant l’éternel continue de vociférer, pester et ameuter une opinion lasse de ses incartades et outrages. Quand le loup crie au loup. 

Si c’est cela la baraka, les Guinéens n’en veulent pas, plutôt heureux pour beaucoup d’entre eux d’avoir l’occasion souvent, n’en déplaisent aux grognards et guignards du ” machin”, de servir et bien servir leur pays. Et, c’est loin de finir, ça ne fait que commencer pour ceux qui ne connaissent que le goût de la victoire face à d’autres qui n’ont connu que la défaite, leur ADN.

Un homme à qui tout réussit et se trouve toujours du bon côté de l’histoire et rencontre dans sa vie les meilleurs pour avancer, et un autre qui s’auto-détruit, cherche, en vain, sa voie pour qu’il compte au prix de sa liberté, de sa vie, du bien de tous, lequel porte comme une croix la malédiction et peut dire que le sort s’acharne contre lui ?

Ne posez surtout pas la question au corps expéditionnaire de généraux sans galons, car ils marchent sur la tête, prennent des vessies pour des lanternes, ne croient qu’en ce et ceux qu’ils veulent croire ces néo-nihilistes et narcissiques, qui veulent changer l’ordre des valeurs dans leur pyramide inversée, ils croient qu’ils sont seuls au monde, dans leur monde de négation et de dénégations sans limites ni fin. Pauvre de ces pêcheurs à qui nous devons tous jeter la pierre comme les fidèles musulmans le font  contre Satan pendant le pèlerinage à La Mecque au cours du rituel de la lapidation. C’est une œuvre sainte !

Comme les satans de la République ne croient qu’en ce qui se dit et se fait ailleurs, comme au lendemain de leurs marches, d’éternels paris perdus avec un écho de fiasco retentissant, se sont réveillés avec une gueule de bois en écoutant, aux aurores, sur des antennes étrangères que leur ” petit truc” de mégalos est plongé dans un coma profond et que tous désormais reposent dans le cimetière des illusions perdues, des actes manqués de petits hommes, pressés de devenir grands. 

La foire a foiré ! Cherchons ses organisateurs dans la rubrique   nécrologie des petits, morts d’avoir affronté plus grands et plus forts qu’eux, sans le grand bruit des tonneaux vides qui ont voulu joué avec le peuple en s’engageant dans une révolution impossible. 

Quand la malédiction et le pêché d’orgueil se rencontrent, c’est l’enfer sur terre avant le châtiment du Ciel.

Il n’y a que l’homme qui a la Baraka,  que la Providence a élevé qui n’est pas sourd et aveugle, le misérable se croit toujours meilleur et supérieur avant de sombrer.

Je n’en ai pas fini avec vous. C’est promis.

Tibou Kamara

 

1 Commentaire
  1. MANZO 2 mois il y a
    Repondre

    Franchement on est en plein délire psycho-pathologique là!
    Voir un ministre d’Etat de surcroit le conseiller personnel du chef d’Etat, jouer au ping-pong de la grossièreté SUR LA PLACE PUBLIQUE avec des gens qui n’ont aucune espèce de responsabilité nationale ni la moindre parcelle de légitimité , wallahi j’ai mal pour mon pays!
    Eh oui, quand on refuse de bâtir un Etat sur des valeurs, ne soyons pas étonnés d’avoir l’incivilité à la limite de la sauvagerie!
    “Qui sème le vent, recolle la tempête”.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.