Connect with us

Economie

Le GOHA dénonce l’insécurité et l’impunité: « une gangrène qui ronge le système socioéconomique de la Guinée »

Published

on

Le Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA) a donné une conférence, jeudi, 09 mars 2017, à la Maison de la presse de Conakry, pour dénoncer « l’insécurité et l’impunité » en République de Guinée, rapporte l’AGP.

Dans sa déclaration, le président du GOHA, Abdallah Chérif a tout d’abord fait savoir que dans la vie ordinaire des nations, il est communément admis que ce sont les institutions régaliennes de l’Etat, en l’occurrence les services de sécurité, qui ont le devoir et la responsabilité d’assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens.

Il a ensuite indiqué, qu’en restant honnête et conscient, donc objectif, force est de reconnaître que l’Etat guinéen n’assume pas ou assume mal ce devoir, loin s’en faut.

«L’insécurité qui touche le pays, depuis un moment, amène le GOHA, dont la mission est d’assurer la promotion et la protection des opérateurs économiques dans l’exercice de leurs fonctions, à dénoncer avec rigueur et à condamner avec la dernière énergie cette situation devenue intolérable et inacceptable. Deux maux sont devenus une gangrène qui ronge le système socioéconomique de la Guinée : l’insécurité et l’impunité», a-t-il indexé.

Le président du GOHA a aussi précisé, que des citoyens sont abattus à froid et à bout portant par les sorciers de la mort. Des boutiques et magasins sont éventrés, le contenu vidé ou brûlé. Après ces crimes odieux, les bourreaux circulent tous dans le pays au vu et au su de tout le monde.

«Face aux appels de détresse, les services sollicités gardent le silence ou évoquent selon les cas, le manque de carburant, l’absence de chauffeurs ou des pannes de véhicules. Tel a été le cas de la pauvre pharmacienne de Nongo, que tout le monde a vu en pleur après que son Officine ait été mise à sac dans la nuit du dimanche au lundi dernier. Malgré ses appels répétés en vain. Il y a des centaines, voire des milliers d’autres cas de désastres restés impunis», a-t-il regretté.

Abdallah Chérif a, en outre, souligné qu’en «tout état de cause, et au regard des nombreuses victimes et dégâts importants enregistrés, suite à la récente grève des enseignants, le GOHA tirera toutes les leçons qui en découlent et envisagera des réponses adéquates et conséquentes face à cette situation devenue préoccupante».

Il a ainsi rappelé : «Le GOHA s’est toujours investi, et en toute franchise, pour l’avènement de la quiétude, de la sécurité et de la paix au profit des opérateurs économiques et des populations».

Selon lui, le GOHA reste perplexe sur les capacités des services de sécurité à leur apporter la sécurité dont ils attendent d’eux, pendant qu’ils sont eux-mêmes témoins des multiples appels et interventions du GOHA dans ce domaine.

Les conférenciers ont interpelé tous ceux qui sont concernés par cet état de fait, «à rester vigilants et d’être prêts à prendre tout appel qui pourrait être lancé, afin d’amener les dirigeants à faire face à l’insécurité qui ne fait qu’aggraver la situation des citoyens déjà précaire».

Le GOHA s’est engagé et s’est dit prêt à accompagner toutes initiatives, d’où qu’elles viennent, allant dans le sens de dénoncer les conséquences de l’insécurité à la quelle les guinéens sont confrontés ou d’amener les autorités d’y faire face.
AGP

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. Observateur

    10 mars 2017 at 16 h 27 min

    Cet homme de GOHA est plus mauvais que Ebola. Un ennemi du progrès de l’économie et une fraction de l’UFDG.
    Chacun des membres de GOHA à contribué pour l’UFDG en 2010 pour s’attendre être récompense en pourcentage.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook