Le maire de Beyla mécontent des cadres de l’ANAFIC : ‘’ils font de la manipulation dans la passation des marchés’’

Print Friendly, PDF & Email

Après les accusations du conseiller communal de Moussadou, une sous-préfecture relevant de Beyla, au sud du pays, sur les passations des marchés assorties de pots de vin par les responsables de l’agence nationale de financement des collectivités dans la région de N’zérékoré, c’est au tour du maire de Beyla de dénoncer les mêmes scandales.

« Dans la passation du marché, la loi est claire. Nous sommes les responsables. Donc on ne peut pas donner le marché à une entreprise qu’on ne connait pas et que nous ne sommes pas associés. Tous les marchés, disons à 80% sont donnés à une entreprise qui s’appelle « Bérété et Frères. » Et  on sait bien comment ça s’est passé entre eux. Il y a une commission qui a été choisie et qui a procédé à la passation des marchés à Beyla, dans la commune urbaine et qui a bien suivie la formation. A la suite de ce travail, la commission a donné le marché à une entreprise que les responsables de l’ANAFIC ont changé pour des intérêts qu’on ignore », dira-t-il.

Poursuivant, il fera savoir que « c’est le cas ici dans la commune, à Gbakedou et à Moussadou. Et nous n’avions même pas été informés. La passation doit se passer devant tout le monde. Et d’après eux, celle retenue par la commission comportait des anomalies. Même s’il y avait des problèmes, ça devrait être transparent. Mais vous ne pouvez pas vous assoir dans le bureau de L’ERA là-bas et faire des choix. Et chez moi ici, ça ne marchera comme pas. Et je dirais même que c’est un manque de respect envers nous. Sinon à N’zérékoré, c’était les mêmes problèmes. Mais de ce côté, ils ont présenté les excuses au maire. Ils avaient changé mais par après, ils étaient revenus à la décision du maire. Je leur ai dit que çà ne marchera  pas de tout ici, ce qu’ils veulent faire. Si les travaux ne sont pas exécutés, nous sommes les seuls responsables. Je le dis haut et fort que c’est une manipulation. Ils n’ont fait que faire le choix de leurs entreprises. Dans les textes de la collectivité, c’est nous qui devrons le faire. Ce n’est pas de la transparence et jusqu’à preuve contraire, nous maintenant celle que la commission a retenue. Et je ne vivrais les mêmes scénaris que Beyla a déjà connus. Nous avons aujourd’hui des chantiers qui chôment où les entrepreneurs n’ont jamais mis pied ici », a mentionné le maire très en colère.

Dossier à suivre !

Amara Souza Soumaoro, Correspondant à N’zérékoré

+224 621941777

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.