Le ministre Bouréma Condé préside la clôture du projet ‘’augmenter l’enregistrement des naissances dans les régions de Labé et Conakry’’

Print Friendly, PDF & Email

Les rideaux sont tombés ce mercredi 31 mars, 2021, sur le projet ‘’Augmenter l’enregistrement des naissances des moins de 5 ans dans les régions de Labé et de Conakry’’. Ce projet qui a démarré en 2018 est porté par le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. Il s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la stratégie nationale de la réforme et de la modernisation de le l’Etat civil en Guinée. 

C’est le ministre Bouréma Condé qui a présidé cette cérémonie de clôture qui a eu lieu dans un réceptif hôtelier de la place. 

La rencontre a mobilisé les hauts cadres des ministères de la Santé,  de la Justice et de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, ainsi que d’autres partenaires techniques et financiers. Fodé Oumar Touré, responsable de la division des services à la population à la Direction nationale de l’Etat civil,  est revenu sur l’objectif du projet : « améliorer l’environnement favorable à l’offre des services d’enregistrement des naissances au niveau national et au niveau décentralisé ; reformer les services d’enregistrement des naissances pour les rendre disponibles et fonctionnels dans les régions de Labé et Conakry ; mobiliser les communautés à se contraindre à l’utilisation efficace des services d’enregistrement de naissances dans les régions ciblées », a-t-il dit.

En effet, ce projet qui a couvert les régions de Labé et Conakry et qui est financé à hauteur de deux millions trois cent quatre-vingt dix-sept mille euros par l’agence italienne de coopération au développement, a bel et bien eu des impacts, rappelle Fodé Oumar Touré.

« 65.756 enfants enregistrés durant la période du projet dans la région de Conakry avec un appui direct du projet ; légère tendance à la hausse, mais l’impact de la Covid-19 et des troubles sociopolitique n’ont pas pu être en 2020. Conakry reste encore loin de la cible attendue et le recours au jugement supplétif trop fréquent. 62.982 enfants enregistrés durant la période du projet dans la région de Labé avec un appui direct du projet.  Progression claire et nette du taux d’enregistrement des naissances dans la région.  Impact de la Covid-19 et des troubles sociopolitiques (mars et octobre 2020) qui a pu être limité. En plus de ces chiffres,  environ 100.000 enfants sans acte de naissance ont été appuyés directement par le projet pour accéder au jugement supplétif, prioritairement les enfants de 0 à 5 ans et les enfants scolarisés. »

Prenant la parole,  le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, a précisé que l’enregistrement des faits d’état civil reste une préoccupation majeure pour son département. « L’enregistrement des faits d’état civil,  est au cœur de la feuille de toute du gouvernement guinéen.  Et constitue de ce fait une question prioritaire pour mon département.  C’est dans ce cadre que certains partenaires techniques et financiers s’emploient si efficacement à accompagner notre pays dans la mise en œuvre d’actions stratégiques qui s’inscrivent toutes dans la logique de l’amélioration de ce domaine de souveraineté nationale,  concourant au développement durable » a mentionné Bouréma Condé.

A noter que ce projet a également été une occasion pour ses porteurs de faire quelques plaidoyers, notamment la gratuité de l’enregistrement des naissances dans les délais conformément aux engagements internationaux. 

Yamoussa Camara 

657851102

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.