Le ministre Guillaume Hawing à Labé : « l’école guinéenne est comateuse, malade… »

Print Friendly, PDF & Email

En tournée de prise de contact à l’intérieur du pays, le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation a posé ses valises hier  mardi 18 janvier 2022 à Labé. Lors  d’une rencontre tenue dans la salle de l’amphithéâtre- ENI-CFP, avec les responsables, enseignants et partenaires, le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing, a laissé entendre que  l’école guinéenne est comateuse et malade.  Avant de promettre que son département va se battre pour relever le défi.

« Nous allons sortir, écouter, toucher du doigt les réalités du terrain pour tirer une conclusion. Nous avons fait des visites inopinées dans certaines écoles et nous avons découvert des choses qui n’honorent pas l’école guinéenne. Nous sommes allés dans une école à Friguiagbé, à 8 h 30- 09h, il n’y avait que le principal. Les élèves font des dizaines de kilomètres à pied pour venir à l’école.  Il y avait zéro enseignant. Le principal a pris son téléphone, il a  appelé  ses enseignants mais ces derniers ne le décrochent pas. Nous sommes passés dans des préfectures où il n’y a pas de tables-bancs. L’école guinéenne est comateuse, l’école guinéenne est malade. On s’est posé la question est-ce que l’école existait pour l’école guinéenne », s’est demandé le ministre. Et de faire remarquer qu’ils ont hérité d’une situation trop complexe.

« Nous avons hérité d’une situation très complexe,  très compliquée.  L’héritage est lourd. Nous sommes aux affaires il y a trois mois.  Et cette situation existait depuis plus de 15 ans, 20 ans. Mais nous allons nous battre Inch Allah. Nous ne sommes pas un gouvernement de promesses.  Quand nous sommes venus, il y avait  cette situation de contractuels.  Ce qui est clair, c’est que tout le monde va faire le concours. Comme il y avait un manque criard d’enseignants, il fallait occuper ces classes avant l’organisation des concours. La liste (contractuels ndlr) que nous avons reçue,  il y a des anomalies, c’est une œuvre humaine. Nous allons rectifier ces anomalies. Et au moment des concours, tous ceux qui doivent faire le concours vont faire le concours. Mais si entre-temps, le concours n’est pas organisé à temps,  nous allons nous battre pour faire occuper ces classes par ces contractuels. Parce qu’il est inadmissible que certaines écoles soient fermées à cause d’un manque d’enseignants. C’est une préoccupation pour le président de la République,  pour le Premier ministre et pour tout le gouvernement », conclut Guillaume Hawing.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé                                               

620 44 25 83

1 Commentaire
  1. MANZO 4 mois il y a
    Repondre

    Un médiocre qui croit duper un peuple naturellement crétinisé par sa situation d’existence 🤣.
    Un drôle de scénario digne du bal des maboules 😂😂😂😂.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.