Le ministre Wright à Faranah: « on ne vient pas pour les campagnes électorales… »

Arrivé à dans la préfecture de Faranah dans la nuit du mardi 17 octobre 2023, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, s’est rendu ce mercredi matin chez le Sotikemo pour decliner l’objectif de cette mission dans cette ville. Durant les échanges avec les notables, plusieurs préocupations des citoyens ont été soulevés, notamment l’interférence dans le judiciaire, l’expropriation des terres, le stelionnat, le viol, la délinquance juvénile et la consommation du chanvre indien. 

Le Garde des Sceaux a devant les autorités coutumières, le préfet et le gouverneur et les responsables de la chaîne pénale réitéré les mots du président qui, à plusieurs occasions, a fait savoir qu’ils [le CNRD, les membres du Gouvernement et le CNT) ne sont candidats à rien et que sa tournée ne s’inscrive pas dans le cadre d’une campagne électorale. « Comme le président l’a dit, on ne vient pas pour les campagnes électorales, nous ne sommes pas candidats à l’élection, nous ne sommes pas venus chercher l’électorat.  Nous sommes venus pourquoi ? Il faut que je porte ça à la connaissance de Sotikemo. Le 05 septembre 2021, dans l’histoire de notre pays  bien avant d’ailleurs le 05 septembre, il y avait un autre président, comme Dieu l’a dit dans le Saint Coran, il donne le pouvoir à quoi il veut, il le retire à qui il veut. Tout est question de destin dans la vie, le président Doumbouya, il a pris sa responsabilité le 05 septembre, quand il est venu il dit je ne suis pas venu pour être candidat, je ne suis pas venu pour des élections pour dire que je veux être tel ou tel. Il dit mais je suis venu ce qui n’était pas bien, on ne dit pas que tout était bien. Pour éviter que le fort écrase le faible, pour éviter que la justice soit au service des politiques, il faut faire en sorte que la population puisse bénéficier des deniers publics. Il dit je suis venu pour ça. Il pouvait prendre tout le monde à l’époque,  les mettre en prison. Parce que quand tu viens d’arriver au pouvoir, tu peux prendre tout le monde pour ennemi parce que tu n’es pas installé mais il dit je ne mettrai personne en prison, il dit parce que je ne suis pas la justice, il dit je ne peux pas dire que je viens corriger et moi-même, je fais ce qui n’est pas normal. Ce que je dis que ce n’est pas normal, je ne peux faire la même chose, il s’est dit moi je ne suis pas juge » 

Poursuivant, Alphonse Charles Wright de rappeler ceci: « Au moment où les gens prenaient l’argent en Guinée, je n’étais pas là mais regardez Faranah. Est-ce que Faranah mérite ce qu’il a aujourd’hui ? Mais comme c’est une question de responsabilité, que Sotikemo sache que Dieu va lui demander un jour devant la table de Dieu, lui seul dans sa tombe que qu’est-ce qu’il a fait pour Faranah ? Dieu lui demandera ça, Dieu lui demandera qu’est-ce qu’il a fait pour Faranah ? Pour que l’unité soit entre tous les fils et filles de Faranah, Dieu demandera au président qu’est-ce qu’il a fait pour mettre tous  les citoyens guinéens Peuls, Soussous, Malinkés ensemble ?  La justice c’est pour Dieu, si nous connaissons le danger de la justice chez Dieu , personne n’osera s’approcher de la justice. Dieu dit dans le Saint Coran, il y a 3 catégorie de magistrats, 3 catégories de juges: ces trois catégories c’est une seule personne qui ira au paradis. Tout le reste c’est l’enfer. L’enfer ce n’est pas de l’amusement, le deuxième juge, c’est celui qui connaît il sait tout mais il ne dit pas les choses en jugeant de manière correcte, l’argent vient le changer, l’ethnie vient lui changer,… Il refuse de dire la vérité. La troisième catégorie, lui il ira au paradis, il connaît et ce qu’il dit il le fait correctement. Il ne cherche pas l’argent ni l’ethnie ou la région, le jugement est rendu au nom du peuple de Guinée. Dieu dit qu’il a plus besoin des vérités du juge que ses prières (…). Il y a une frange importante de la population tant que ceux-ci pleurent dans un pays, Sotikemo vous n’aurez pas la paix à Faranah. Tant que vous ne vous battez pas pour que leurs droits soient respectés, Sotikemo je vous assure Dieu vous punira parce que aujourd’hui vous êtes là personnalité morale (…) La Chefferie a trouvé la gérontocratie il faut respecter ça, c’est pourquoi nous sommes venus »

Loin des prières et bénédictions Alphonse Charles Wright exhorte les autorités à tous les niveaux à ne pas s’immiscer dans les procédures une fois les dossiers sont devant les juridictions. « Il faut dire à toutes les autorités coutumières, problèmes de viol, problèmes de drogue, ça y est dans toutes nos concessions, le Sotikemo le sait. Le président dit qu’il veut une jeunesse de demain. Est-ce que la drogue peut rendre la jeunesse responsable ? Mais quand on prend le drogué c’est Sotikemo qui dépêche les gens aller dire pardon. Quand quelqu’un détourne le terrain on dit l’affaire est à la justice l’intéressé court vient voir Sotikemo dit au procureur de venir, quand le procureur arrive il lui dit calme toi, envoie le dossier à mon niveau dites au Sotikemo qu’on n’acceptera pas ça ici à Faranah.  Avant que le dossier n’arrive à la justice, si la population vous respecte elle doit d’abord venir vous voir. Mais s’ils ne viennent pas vous voir ou s’ils ne vous écoutent pas l’affaire est au niveau de la justice, personne ne doit dire que les dossiers doivent venir ici. Dites au Sotikemo de ne pas le faire, dites à toutes les autorités de ne pas le faire. On doit laisser la justice travailler ».

Mamadou Yaya Barry depuis Faranah 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.