Le ministre Wright annonce la rénovation des Maisons d’arrêt : « il n’y a pas de prison à Macenta »

Dans le souci de matérialiser les vœux du président de la transition, qui est de faire de la justice la boussole, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, accompagné du Chef de Cabinet, du Directeur National des Droits de l’Homme et plusieurs hauts cadres et responsables de la chancellerie ont effectué des visites, dans l’après-midi du  lundi 29 août, dans les prisons civiles de Conakry et de Dubréka. 

Cette visite est une manière pour le département de la Justice d’avoir des contacts avec les détenus afin de s’enquérir de leurs conditions de détention mais c’est une manière pour eux de faire un diagnostic sur les besoins d’infrastructures dans les prisons, qui sans nul doute, font face à un surpeuplement, au manque d’infirmières modernes et adéquates et de toilettes et de clôtures par endroits. 

Après ce marathon entre Conakry et Dubréka, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, a,  devant les caméras et micros, fait savoir que l’engagement du président Mamadi Doumbouya est sans faille et que c’est le lieu pour lui de le remercier et remercier le Premier ministre qui ont compris la nécessité d’accompagner le département de la Justice, avant de revenir sur le but de cette visite inopinée. « L’objectif de cette visite, c’est de faire un petit tour de constatation et d’évaluation qui va être suivi d’une mission d’inspection approfondie pour pouvoir permettre, en collaboration avec nos partenaires financiers, d’assister la Guinée en termes de réalisation des infrastructures pénitentiaires, la prise en charge  sanitaire des détenus, bref, tout ce qui peut aller dans le cadre de la protection des droits des détenus dans notre pays », a-t-il précisé. 

Poursuivant, Alphonse Charles Wright a renchéri en ces termes: « Vous avez constaté du côté de la maison centrale de Conakry, notre département vient de lancer un appel par intérêt par rapport à la rénovation de cette maison d’arrêt. Bientôt à la fin de l’arrêt, cette maison va être rénovée…Nous sommes avec monsieur le directeur national des droits de l’homme. C’est pour vous dire nous ne sommes pas là seulement pour des questions d’incarcération ou de quoi que ce soit. Nous, en tant que département transversal qui a désormais la promotion et la protection des droits humains, on ne peut pas rester à l’abri de tout ce qui est cri d’alarme que nous remontent souvent les régisseurs à travers le Directeur National de l’Administration Pénitentiaire et des réinsertions sociales »

Après cette annonce, le ministre de la Justice a, pour finir, fait savoir que tout ceci n’est qu’un début. « Nous allons parcourir toute la Guinée parce que ce n’est pas seulement du côté de Conakry mais il faut voir dans toutes les contrées à l’intérieur du pays. Regardez le cas de Fria où les détenus n’ont même pas de cour, ils sont enfermés 24h/24h sans possibilité de se mouvoir. Vous prenez aussi le cas de Forécariah où la situation carcérale pose des difficultés. Vous regardez le cas de Macenta où il n’y a même pas de prison. Comment peut-on dans ces conditions parler de la défense des intérêts de ces détenus si le minimum n’est pas fait ? » s’interroge Alphonse Charles Wright.

Mamadou Yaya Barry 

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.