Le président Mamadi Doumbouya aux diplomates de la Cedeao : « la Guinée a une vocation panafricaniste »

Print Friendly, PDF & Email

A l’imposant palais Mohammed V, le Président de la transition le Colonel Mamadi Doumbouya a rencontré hier jeudi dans l’après-midi les ambassadeurs des pays membres de la CEDEAO. Il y a été question de parler de l’évolution de la situation politique en Guinée depuis son avènement au pouvoir le 5 septembre dernier.
D’entrée, le Président du CNRD a rappelé face aux Diplomates que « la Guinée est un pays à vocation panafricaniste » qui a joué un rôle actif et de premier plan dans l’édification de l’unité et de l’intégration du continent africain. Pourtant, selon lui, face à la mauvaise gouvernance et les crises ayant ébranlé la cohésion sociale et le vivre ensemble dans le pays ces dernières années le CNRD a du prendre ses responsabilités « Ces dernières années, malheureusement, la mauvaise gouvernance du pays a entrainé des crises et des difficultés profondes et multiformes qui ont dangereusement ébranlé la cohésion sociale et le vivre ensemble. Le pouvoir d’Etat a été personnalisé et l’administration publique politisée et rendue déliquescente. La Justice était instrumentalisée et les droits et libertés publiques confisquées. L’appauvrissement des populations s’est accentuée par des mesures inopportunes. C’est face à ce péril que le CNRD a décidé de prendre ses responsabilités pour ouvrir une ère nouvelle à la Guinée. Une ère d’unité et de rassemblement autour de l’essentiel. Une ère de liberté, d’espoir et d’espérance pour tous les Guinéens. ll s’agit de réconcilier les Guinéens et de bâtir des Institutions fortes, gages de Démocratie, de l’Etat de Droit et de bonne gouvernance. lI s’agit aussi de refonder l’administration pour en faire un levier de développement et d’édifier les bases d’une Justice indépendante et accessible à tous », a-t-il expliqué.
À la suite de son avènement au pouvoir le CNRD avait organisé des consultations avec tous les acteurs de la vie nationale avant de procéder à l’élaboration et la promulgation d’une Charte de la Transition dont les organes sont en voie d’être mis en œuvre. Mais pourtant, le Chef de l’État souhaite pouvoir bénéficier de l’expérience de la CEDEAO dans la conduite de cette transition 
« Nous sommes conscients que la question du délai de la Transition cristallise les débats et les attentions. Sur ce sujet, je voudrais réitérer devant vous, Messieurs les Ambassadeurs, que notre volonté, ferme et inaltérable, est de mettre les Guinéens ensemble pour décider de l’avenir qu’ils souhaitent pour leur pays et des fondations irréversibles qui doivent être posées pour ce faire. C’est en tenant compte de cette exigence qu’un chronogramme réaliste et consensuel sera élaboré avec l’ensemble des Forces Vives du pays. Dans cette œuvre, nous espérons bénéficier de l’accompagnement de la CEDEAO et pouvoir tirer profit de son expérience dans la conduite des 2 Transitions, tout comme d’ailleurs de celles d’autres pays de la sous-région. Je vous donne l’assurance que le CNRD et le Gouvernement seront à l’écoute vos conseils de vos préoccupations, de vos conseils et de vos recommandations parce que nous avons un destin lié et un avenir partagé », a-t-il déclaré.
Rappelons que le 17 septembre dernier, une délégation de la CEDEAO conduite par les présidents ghanéen et ivoirien Nana Akufo -Addo et Alhassane Ouattara s’était rendu en Guinée pour s’assurer de l’intégrité physique du président déchu. Mais à peine avaient-ils foulé le sol guinéen qu’ils ont été hué par une foule de manifestants hostiles à l’ancien président guinéen Alpha Condé.
Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.