Le président Bio exhorte Conakry à rouvrir ses frontières, revendique la zone litigeuse de Yenga

Print Friendly, PDF & Email

La fermeture des frontières guinéennes ne passe auprès de la plus haute autorité sierra léonaise. Selon un compte-rendu de la 58è session ordinaire du samedi, 23 janvier du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao fait par la présidence sierra léonaise, la bande de terre de Yenga qui l’oppose à la Guinée et la fermeture des frontières guinéennes par Conakry ont été évoquées par le président Julius Maada Bio.

′′La Sierra Leone observe avec une vive inquiétude les cas d’incursions accrues de soldats guinéens dans la zone de Yenga qui se trouve dans le territoire souverain incontesté de la Sierra Leone. Le problème reste en suspens et nos homologues guinéens ont continué d’empiéter sur les frontières terrestres et maritimes de la Sierra Leone,” a déclaré le dirigeant sierra léonais.

Le communiqué a informé que le Président Bio a donc exhorté l’organe régional à créer d’urgence un comité spécial chargé d’examiner la question non résolue de Yenga [zone également revendiquée par la Guinée depuis des lustres] entre les deux pays par le biais d’un engagement diplomatique en vue de trouver une solution durable à ce différend frontalier de longue date.

Il a en outre informé son collègue chef d’État qu’il était très préoccupé par les restrictions imposées à la libre circulation des marchandises et des personnes entre les deux pays, ce qui engendrerait une énorme perte économique pour les deux pays, ajoute la Présidence sierra léonaise.

′′J’exhorte le gouvernement de la République de Guinée à envisager de lever ces restrictions afin de permettre la libre circulation des personnes, des biens et des services afin de promouvoir la coopération, le commerce régional et l’intégration régionale’’, a souhaité le président Bio dont le pays partage une longue frontière avec la Guinée.

Maciré CAMARA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.