Le procureur de Mamou à propos des cadres de l’Environnement révoqués : ‘’ils sont poursuivis pour coupe, exploitation…’’

Print Friendly, PDF & Email

Le Président de la République, Pr Alpha Condé, a révoqué mercredi 9 juin 2021, plusieurs cadres du ministère de l’Environnement, en poste dans les régions de Mamou et Faranah. Le décret lu à la télévision nationale précise que cette révocation  des cadres en service aux services déconcentrés du ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, n’exclut pas des poursuites pénales. Joint au téléphone, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou, Aboubacar Sidiki Camara, a parlé du cas spécifique de sa juridiction en ces termes :

« Au cours de la matinée du mercredi 19 Mai 2021, notre parquet a été saisi par la brigade régionale de la lutte contre la criminalité faunique et floristique de Mamou. Le procès-verbal N°1 du 18 Mai 2021 a été établi contre 06 suspects pour des faits de coupe de bois sans autorisation, détention illégale de tronçonneuses et complicité. Ces suspects sont identifiés comme suit : Alpha Kaba (exploitant forestier), Kaba Bangoura (chef secteur Tanené), Harouna Camara, (citoyen), Mamadou Camara (chef secteur Pateyah), Alpha Oumar Diallo (citoyen), et Ibrahima Sory Traoré dit Congoréa (citoyen) ».

Interrogé sur cette situation, l’Inspecteur régional de l’Environnement de Mamou, incriminé dans cette affaire, a donné raison au chef de l’Etat.

« Je le moral très bas. Ici à Mamou, c’est 5 personnes qui ont été citées, plus moi. Oui, l’Inspecteur régional fait partie, et les services déconcentrés, il y a deux chefs cantonnement, le chef d’antenne et le chef section des Eaux et Forêts. Le président a raison de le faire (révocation, ndlr). J’assume en tant que premier responsable. Je dois répondre puisque c’est une confiance qui a été placée en moi. Si ces gens-là déconnent, c’est à moi de les mettre sur les rails. Si j’avais su, ça n’allait pas aboutir à ça. Le président de la République  a vraiment raison », reconnaît Mamadou Tounkara.

Parlant des crimes pour lesquels ces prévenus sont poursuivis, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou nous a confié ceci : « Après lecture et analyse de ce procès-verbal, notre parquet, sur la base des articles 142 et 235 du code de procédure pénal, a ouvert une information judiciaire pour coupe, exploitation, commercialisation, transport illicite de bois et complicité », conclut  Aboubacar Sidiki Camara.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.