Le reggaeman Fada Bak Doum réclame son « projet » au Ministère de la Culture : « j’ai des preuves »

L’artiste reggeman Fada Bak Doum accuse le ministère de la Culture, précisément le  ministre de la Culture et ses proches de s’être accaparé de son projet de sensibilisation sur la paix et l’ unité nationale.

Selon lui, le 11 octobre dernier, il serait allé, avec son projet, vers le ministère de la Culture pour un accompagnement afin qu’il puisse réaliser son projet en réalisant des concerts dans les 33 préfectures de la Guinée, les 8 gouvernorats et les 6 communes de la capitale.

A l’en croire, le ministère de la Culture se serait servi de ses idées pour mettre en place un projet qui est similaire à son projet. Dans ses explications, l’artiste est revenu sur les raisons qui l’ont amené à réclamer la paternité de ce projet. Donc, il souhaite être rétabli dans son droit.

« J’ai fait appel à la presse pour pouvoir mener mon  message très haut. Parce qu’aujourd’hui mon cœur saigne. Je ne sais pas si le ministre Alpha Soumah est là pour nous ou pour d’autres personnes ? Au fait, le ministre, j’ai toujours cherché à lui faire part de mon projet de sensibilisation « Paix et Unité nationale en cette période transitoire. Mais chose qui n’a jamais été parce que quand je l’ai appelé, il m’a dit veuillez me laisser un message.  Donc je lui ai laissé un message dans lequel j’ai eu à lui donner les grandes lignes. Donc après ça, il ne m’a pas répondu. Mais cela ne m’a pas empêché parce que je voulais non seulement lui faire écouter d’abord le morceau que j’ai eu à faire pour la paix et histoire d’accompagner le CNRD. Dans cette transition qu’on appelle tous aujourd’hui la refondation. Et d’ailleurs c’est ce qui m’a poussé à faire ce morceau. Mais puisqu’il est actuellement le père du département de la Culture, je devais forcément venir vers lui pour lui faire part. Et donc cela ne m’a pas empêché  je lui ai envoyé une lettre d’invitation à ma conférence de presse qui été organisée le 16 octobre à la maison de la presse mais il n’a pas pris part. Et cela ne m’a pas découragé et c’est la chose qui m’a poussé à élaborer un projet sur la sensibilisation sur la paix et l’unité nationale en cette période transitoire. Et donc vous n’êtes pas sans savoir que les gens quand ils élaborent leur projet  ils ne déposent pas carrément les projets.  Parce qu’ils ont peur vraiment que leur projet ne soit détourné. Mais moi qu’à cela ne tienne, je me suis dit qu’il faut venir carrément déposer mon projet au niveau du département pour un accompagnement. Et donc c’est ce projet que  je dépose et après le 18 du mois passé, je me connecte et je vois un point de presse que le ministre tient avec son personnel, comme quoi ils ont un projet sur la sensibilisation « paix et cohésion sociale », des trucs comme ça.  Une manière de changer un peu les mots. Dès que j’ai vu, je me suis dit ça c’est mon projet. Et qu’est-ce qui m’a poussé à dire que c’est mon projet? Vous savez, je ne peux pas interdire à quelqu’un de parler de la paix quand même dans cette période transitoire parce qu’il y a des mosquées, des églises et même le football on le joue autour de la paix. C’est normal que chacun parle de la paix . C’est normal que chacun calme des ardeurs. Mais c’est pas normal qu’on utilise la stratégie de la mise en place du projet d’autrui. Quand j’ai eu à élaborer le projet j’ai eu à souligner quelques trucs. Parce qu’en matière de montage de projet, il y a une ligne qu’on appelle objectifw globaux ou spécifiques. A ce niveau, j’ai eu à parler de la mise en exécution de mon projet.  C’est à dire, je dois attaquer quelle préfecture, combien de préfecturew, combien de gouvernorats  et combien de communes. Donc j’ai souligné les 33 préfectures ,les 8 gouvernorats et les 6 communes de la capitale. Et le département s’est basé sur la même stratégie d’élaboration du projet. Imaginez quand eux ils couvrent maintenant ces 33 préfectures là, les 8 gouvernorats,les 6 communes et plus loin ils ont même augmenté les 333 sous-préfectures et certains quartiers . Dès que moi j’ai vu ça j’ai dit ça c’est mon projet. », a-t-il lâché.

Poursuivant, cet artiste a brandi des décharges qu’il aurait obtenues lorsqu’il a déposé son projet au niveau du ministère. Donc pour lui,le ministre et ses proches veulent lui retirer le projet puisqu’ils se sentent mieux placés. « J’ai des preuves, j’ai des décharges avec moi. J’ai emmené là-bas mon projet, le 11 octobre. Ça c’est la décharge. Tout ça c’est pour vous dire combien de fois réellement j’ai raison dans cette affaire. Parce que quels que soient les problèmes, je ne peux pas me lever comme pour accuser une personnalité comme quoi c’est ceci, c’est cela.  Si c’est pas basé sur la vérité. Ça c’est un exemple mais l’exemple le plus palpable sur lequel je peux me baser sur la sortie de son conseiller principal Diessira Condé après mon intervention sur FIM où il dit que: la bonne idée est comme une belle femme, c’est le plus riche qui l’emporte. Ça veut dire tout simplement le projet t’appartient mais puisque tu es pauvre alors nous sommes en position de force à nous d’exécuter ce projet », a-t-il rajouté.

Sur la question de savoir est-ce qu’il ( l’artiste) est parti vers le ministère de la Culture pour pouvoir échanger avec ses cadres, Fada  Bak Doum pense que retouner vers son département de tutelle est une peine perdue, tout en donnant ses raisons. « Vous savez, je l’ai dit dans quelques médias de la place, c’est pas facile de venir vers quelqu’un qui ne décroche pas le téléphone. C’est pas facile de parler avec quelqu’un qui est t’accorde pas de l’importance. C’est très difficile de venir vers quelqu’un qui ne veut même pas t’écouter et qui ne t’accorde aucun respect.  Comment peux-tu aller vers une telle personne ? Je pense que sincèrement, les gars, ils m’ont fermé carrément les portes et pour rien au monde je n’irai vers eux pour parler de quoi que ce soit », a indiqué Fada Bak Doum. 

Cependant, l’artiste n’entend pas croiser le fer avec son ministre.  Il compte saisir la loi afin d’être rétabli dans ce qu’il pense être son droit.

Christine Finda Kamano 

622716906

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.