Prix de l’essence en Guinée : Bah Oury pointe une ”faible mobilisation des ressources internes’’

Print Friendly, PDF & Email

Le gouvernement guinéen a fixé mardi à 9000 francs guinéens le prix du litre à la pompe, soit une réduction de 1000 fg. Jugée insignifiante par l’opinion, cette réduction continue de susciter des débats dans la cité.

Interrogé sur la question, Bah Oury, président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) a bien voulu apporter quelques précisions importantes. Lisez !

« Vous savez, les décisions économiques ne doivent pas être des décisions qui sont inspirées par l’improvisation. Le problème que nous avons, c’est que les autorités guinéennes depuis très longtemps ne se sont pas donné des moyens pour les résoudre. Nous avons un problème de mobilisation des ressources intérieures dans ce pays et de leur utilisation de manière efficiente. Tant que ces questions ne seront pas réglées, l’Etat guinéen n’aura pas les moyens de sa politique. Donc, on sera obligé de se rabattre sur une seule taxation des produits pétroliers pour avoir des revenus au niveau de l’Etat. Or, surtaxer les produits pétroliers, c’est renforcer le coût de vie dans notre pays. Et ça, c’est au détriment des populations.

Donc nous sommes dans un cercle vicieux. Ce déficit ne sera réglé que de la manière la plus ferme et la plus radicale tant que l’Etat guinéen ne se donnera pas les moyens de mobiliser de manière effective les ressources intérieures qui existent dans ce pays et de leur utilisation pour satisfaire les besoins de la population. Si on agit dans ce sens, vous aurez des impactes positifs dans d’autres domaines. Principalement, l’Etat aura les ressources et n’aura pas besoin de surtaxer les produits pétroliers donc, le prix du carburant va baisser.

Et deuxièment, en allant dans cette direction, le franc guinéen aura de la valeur. Donc, le prix de la valeur du franc guinéen par rapport au dollar va se réapprécier conséquemment. Et comme vous savez que le prix du carburant est libellé en dollar, la réappréciation du franc guinéen fera que le prix du carburant va baisser pour être à des coûts abordables pour les populations. Mais si on ne prend ces mesures structurelles, aujourd’hui, on diminue et dans deux ou trois mois lorsque le prix du carburant va remonter, on sera obligé de revenir à 10000 fg. Et enfin de compte ça ne règle pas les vraies questions de développement que nous avons dans notre pays. »

Youssouf Keita

+224 666 48 71 30                                                                 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!