Législatives : l’opposition guinéenne annonce qu’elle n’ira pas et va empêcher…

Print Friendly, PDF & Email

Après plusieurs heures de réunion ce lundi, 23 décembre au Quartier général de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), les principaux leaders de l’opposition plurielle viennent d’annoncer leur volonté de ne pas participer aux élections législatives du 16 février prochain. En plus de ce boycott, ils décident d’empêcher la tenue de ce scrutin tant que le “fichier ne reflète pas fidèlement l’état du corps électoral”.

“Après échange, l’opposition s’est rendue compte qu’on est en train de préparer une mascarade électorale. D’abord au niveau de la révision des listes électorales, il y a eu un enrôlement massif de mineurs et il y a eu des intrusions sévères à l’enrôlement des citoyens qui en ont le droit. Il est évident que ce fichier ne reflétera pas l’Etat du corps électoral guinéen. Donc, nous rejetons ce fichier et nous avons décidé, que nous ne pouvons pas participer et nous ne pouvons pas accepter qu’une élection basée sur ce fichier soit organisée, parce qu’il ne reflétera pas la volonté de notre peuple qui, au regard de nos lois, a le droit de choisir ses députés. Qu’est qu’on va faire ? Bien entendu il ne s’agit pas de boycotter, nous allons empêcher que ses élections aient lieu, jusqu’à ce que les conditions d’un scrutin équitable, transparent et juste soient réunies. Parmi ces conditions, il y a le fichier, faut qu’il reflète fidèlement l’état du corps électoral et que les Guinéens qui ont le droit de choisir leurs députés soient inscrits et ceux qui n’ont pas le droit soient extirpés du fichier. La deuxième condition, il faut que les élections locales soient achevées. Troisièmement, il faut qu’il y ait un président de la CENI compétent, neutre et impartial capable de diriger cette importante institution”, a dit Cellou Dalein Diallo, qui a officié le rôle de porte-parole.

Par ailleurs, les opposants ont demandé à Alpha Condé de renoncer à son projet de nouvelle constitution.

“Nous n’acceptons pas le changement de constitution, nous exigeons que Monsieur Alpha Condé renonce au changement de constitution. Le FNDC continuera sa lutte pour s’opposer au changement de constitution. Dans une large mesure, cette mascarade électorale en préparation, à un lien étroit avec le changement de constitution parce que Monsieur Alpha Condé veut faire la mascarade pour obtenir les 2/3 pour coupler les deux scrutins mais nous ne l’accepterons pas”, a-t-il ajouté.

Thierno Sadou Diallo 

+224 626 65 65 39

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.