Lélouma : évasion d’un médecin accusé de viol, sa femme et 2 gardes pénitentiaires condamnés (juge de paix)

Print Friendly, PDF & Email

Le dossier du médecin en service à l’hôpital préfectoral de Lélouma, accusé de viol sur sa cousine qu’il hébergeait qui était détenu à la prison de cette préfecture, connaît un nouveau rebondissement. Trois semaines après son arrestation, le mis en cause, d’après nos informations, a pu s’évader de la prison civile de Lélouma.

Cette évasion de Malamou Nankoye a conduit les autorités judiciaires à mettre aux arrêts 5 gardes pénitentiaires  et la femme de l’évadé,  tous accusés de complicité dans cette évasion. Le jeudi 02 décembre,  deux de ces accusés ont été jugés et condamnés à  5 mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 500 mille fng chacun. Quant à  la femme du médecin, elle a écopé de 8 mois de prison, assortis de sursis, Cette information a été rendue publique hier  vendredi 3 décembre 2021, par  le juge de paix de Lélouma, lors d’un séjour à Labé. 

 « Cette évasion a été enregistrée le dimanche dernier 28 novembre  2021 aux environs de 9 heures. Il s’agit d’un certain Dr Malamou Niankoye, communément appelé Roger, médecin à l’hôpital préfectoral de Lélouma qui était inculpé dans une affaire de viol. J’ai été quand même surpris par ce cas d’évasion parce que nous avions pris toutes les dispositions antérieurement pour sa sécurité. Moi-même, je me souviens une fois, je suis venu voir le régisseur et je me suis entretenu avec tous les gardes, tout en leur donnant des instructions de faire rentrer l’inculpé à l’intérieur de la prison, parce que j’ai constaté qu’on lui accordait assez de privilèges. J’ai instruit également aux agents surtout au régisseur de la prison civile de Lélouma, de prendre toute sa responsabilité pour veiller sur le médecin. Mais très malheureusement, ils n’ont pas obéi aux instructions données, et ce qui est arrivé est arrivé », explique le juge de paix de Lélouma, Ousmane Coulibaly.

Sur les circonstances de cette évasion, Ousmane Coulibaly explique : « le médecin, Dr Malamou Niankoye, communément appelé Roger, a profité de la gentillesse des agents le dimanche dernier, pour prendre la poudre d’escampette. C’était un certain Morlaye Camara qui était de garde ce jour, lorsque l’acte s’est passé le dimanche 28 novembre, il est venu et il a ouvert la porte pour le médecin, qui devait faire sa toilette. Dans la prison, il y a des toilettes où les prisonniers font leurs besoins, mais pour le cas spécial de Dr Malamou Niankoye, il avait accordé assez d’avantages à ce Monsieur. Il faisait ses besoins à l’extérieur de la prison, ce que je ne savais pas. Entre-temps, il a demandé à l’agent qui était de garde ce jour, de lui ouvrir la porte pour qu’il aille se mettre à l’aise. C’est ainsi il est parti dans les toilettes, et c’est de là-bas, qu’il a profité et il est parti. Cependant, le garde du jour et le régisseur étaient de l’autre côté en train de faire autre chose. Mais je peux dire que c’est par leur négligence que cela est arrivé. »

Après les enquêtes, six personnes ont été interpellées dans cette affaire d’évasion. Et le jeudi, 2 décembre 2021, ils ont tous répondu à la barre et ont été situés sur leur sort en fonction de leur degré d’implication.

« Au fur et à mesure qu’on continuait sur les enquêtes, on nous a fait savoir que c’est un certain Joachim Kolié, médecin aussi de profession à Lélouma, qui aurait transporté le médecin à Labé, pour l’aider à fuir. Ce dernier qui était à Labé, fut interpellé. On a appris également, que le médecin (Dr Malamou Niankoye) avait reçu un petit téléphone de la part de sa femme et il faisait toutes ses communications à l’aide de ce téléphone. Donc il était en contact avec le monde extérieur. Je crois que c’est à partir de là, qu’il a planifié cette évasion. Sa femme aussi a été interpellée pour complicité d’évasion. Et quand Dr Malamou Niankoye  est sorti, il a été aperçu par un autre gendarme du nom de Alexis Kolié qui l’a vu partir à sur une moto, mais il y avait une distance entre eux. Aussitôt ce dernier est venu informer le régisseur. C’est l’information qui nous est parvenue. Ce dernier a été interpellé car il y avait des doutes autour de sa personne. Directement, nous avons orienté le dossier en flagrant délit et le jeudi on a programmé les audiences, et les 06 personnes ont comparu devant le tribunal de Lélouma. Et après tous les débats, on a déclaré le régisseur, Sékou Camara et Morlaye Camara, le garde du jour, dans les liens de la culpabilité pour délit de complicité d’évasion. Pour la répression, ils ont été condamnés à 5 mois de prison ferme, et 500 mille d’amende chacun. Et on a ordonné leur transfèrement à la maison centrale de Labé. Le troisième garde, Mamadou Saliou Barry, on n’a pu retenir des charges suffisantes contre lui, parce qu’au moment où il venait à la prison, l’infraction était déjà consommée, l’inculpé était déjà parti. Donc les faits se sont passés en son absence. Il a été renvoyé des fins de la poursuite pour délit non imputable à son égard. Quant au médecin qui est accusé d’avoir transporté l’inculpé qui est son collègue sur Labé, après tout débat, il n’a pas reconnu les faits, ni à l’enquête préliminaire, ni devant nous. Et après tout, on n’a pas pu retenir des charges ou des preuves matérielles contre lui. Concernant le gendarme qui a aperçu l’inculpé à distance, le délit ne pouvait pas être constitué à son égard. Car au moment de l’évasion, il n’était pas présent, et il n’a ni aidé ni assisté l’inculpé à sortir de la prison. Ce qui nous a fait croire un peu à sa bonne foi de venir nous informer. Donc les charges n’étaient pas trop suffisantes pour l’incriminé. Quant à la femme du médecin présumé violeur qui lui avait introduit un téléphone à l’intérieur de la prison, elle a été retenue dans les liens de la culpabilité, elle a été condamnée à 08 mois assortis de sursis », précise Ousmane Coulibaly.

En ce qui concerne le médecin Dr Malamou Niankoye  qui s’est évadé, un mandat de recherche a été émis contre lui, et actuellement il est activement recherché. Son arrestation n’est qu’une question de jour, il sera arrêté et reconduit à la prison civile de Lélouma pour la suite de la procédure, nous rassure Ousmane Coulibaly, le juge de paix de Lélouma.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé 

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.