Les avocats du FNDC saisissent l’Onu sur fond de graves accusations contre les colonels Doumbouya, Balla et Keita

Print Friendly, PDF & Email

Jusqu’où ira le FNDC dans son opposition aux nouvelles autorités du pays? A la veille de la manifestation du 28 juillet, dans une correspondance adressée à la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet, les avocats du FNDC disent craindre des représailles contre leurs clients et chargent gravement les colonels Mamadi Doumbouya, Balla Samoura et Abdoulaye Keita.

« (…) Nous redoutons également que ces actions désormais dirigées contre la société civile à travers le FNDC aient pour effet de réprimer durement les prochaines manifestations pacifiques et citoyennes du FNDC projetées le 28 juillet 2022 dans le grand Conakry et le 04 aout 2022 sur tout le territoire national. Ces inquiétudes sont notamment justifiées par les dernières nominations au sein de la police guinéenne à travers le retour des officiers susceptibles d’être impliqués dans la répression des manifestations contre le troisième mandat de Monsieur Alpha condé. Il est important de signaler que le coup d’état du 05 septembre 2021 dirigé par les colonels Mamady Doumbouya (ancien commandant des forces spéciales), Balla Samoura (ancien coordinateur des unités de gendarmerie de la ville de conakry) et Abdoulaye Keita (ancien commandant du Bataillon autonome des troupes aéroportés) aurait, selon les informations dont dispose le FNDC, entrainé des décès. Or, aucune enquête n’a été diligentée et les corps des défunts n’ont pas été restituées aux familles endeuillées qui l’exigent. Nous nous interrogeons également sur l’implication de ces trois officiers dans la répression sanglante et meurtrière du double scrutin contesté du 22 mars 2020. (…). Cliquez ci-dessous pour lire la lettre👇👇

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.